Être ta mère

mcmaman0506

C’est fatigant, d’être ta mère. Nos rendez-vous nocturnes et mes impératifs diurnes ne sont pas toujours aisément compatibles.

C’est salissant, d’être ta mère, et découvrir des trainées de morve sur mon décolleté et sur mes cuisses, des morceaux de fruits que tu glisses dans mon soutif.

C’est surprenant, d’être ta mère – t’entendre déjà me parler comme ça, Mama et Papa, Tétée et Encore, Donne et W’ia.

C’est angoissant, d’être ta mère, quand tu cesses de respirer au détour d’un sanglot, ou que tu escalades la table et que ma tension monte à 19.

C’est assourdissant, d’être ta mère, quand tu t’éclates avec ta ferme parlante, parce que j’aurais moi-même remis des piles dedans, pour pouvoir finir mon thé en relative tranquillité.

C’est différent, d’être ta mère. Tu n’es pas un deuxième premier enfant, et tu sais moi, avant toi, je n’avais jamais eu deux enfants, et je ne te connaissais pas.

C’est réconfortant d’être ta mère, et pouvoir te serrer un peu plus fort quand le moral s’étiole ou que la nuit a vraiment été trop courte.

C’est hilarant d’être ta mère, t’entendre passer un coup de fil dans une brosse à dents ou, debout sur le balcon, crier sur les passants.

C’est rafraichissant d’être ta mère, quand tu rigoles à t’en filer le hoquet alors que je te bouffe le dessous des pieds.

C’est fascinant d’être ta mère, et te regarder grandir, parfois même dormir, et me dire tout bas, je suis quand même fière de tout ça.

C’est énervant d’être ta mère, quand je ne comprends pas ce que tu veux, et que tu te transformes en mini tornade de frustration.

C’est incessant, d’être ta mère – quand on n’a pas de village, il faut un dévidoir d’amour, une réserve de patience, beaucoup de chocolat et davantage de café.

C’est passionnant d’être ta mère, quand tu tripotes mes oreilles, imites ma grimace, langue sortie, et même quand tu essaies de me fourrer tes petits doigts potelés bien au fond des trous de nez.

C’est étonnant d’être ta mère, avec cet héritage écossais, jamais je n’aurais imaginé que tu tournerais blondinet.

C’est enivrant, d’être ta mère – quand je respire tes cheveux à portée de bisous ou que tu enfouis ta tête jusque dans mon cou.

C’est évident d’être ta mère, toi et moi on se connait maintenant, on se comprend, et tu me supportes même avant que je ne me lave les dents.

C’est pour toujours, d’être ta mère – et déjà un an de nous, des journées si longues, une année si courte, et l’envie dévorante d’en vivre encore tellement.

mcmaman05062

Joyeux anniversaire, mon tout petit Oliver.

nnn

*** Petites chaussures souples de chez Tichoups et offertes par la marque, merci !

Publicités

4 réponses à “Être ta mère

  1. Comme toujours, quel plaisir de te lire! Et merci pour le point « C’est différent, d’être ta mère. Tu n’es pas un deuxième premier enfant, et tu sais moi, avant toi, je n’avais jamais eu deux enfants, et je ne te connaissais pas » qui éclaire ma réflexion
    Joyeux anniversaire!

  2. Un bel anniversaire à ton petit Oliver ❤ Sans nul doute qu'il dirait "c'est vraiment chouette d'être ton fils" 😉 plein de tonnes de milliards de bisous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s