Un p’tit café

Capture d’écran 2015-12-17 à 10.52.49

Avant d’avoir des enfants, fallait vraiment pas me parler avant que j’aie pris mon café.

Y a des gens qui pleurent encore aujourd’hui d’avoir essayé, un jour, par mégarde.

Et quand je dis « mon café », je parle plutôt celui de 13h30, après le sandwich au pain mal décongelé du snack du coin, ou la salade plus très très fraiche de la cantine d’entreprise.

Voire, les mauvais jours, celui de 16h30, qui permet de tenir jusqu’en fin de journée et de pas s’endormir dans le métro et se retrouver au terminus en tête à tête un gars un peu louche qui te mate les seins en souriant très bizarrement.

Aujourd’hui, entre nous, au fond, rien n’a changé. Mais j’ai plus vraiment vraiment le luxe de la solitude pré-caféinage.

Alors je prends sur moi, et je crie pas mal de Mais tais-toi bordel de merde dans ma tête en affichant un sourire pâteux dès 5h54 du matin. Oui ça pique à cette heure-là.

Aujourd’hui, avant de pouvoir prendre mon café, en général, j’ai environ 3498 trucs à faire, comme changer une couche, réveiller un enfant, préparer des tartines, sortir des fringues propres, et préparer le dit café.

Et ça, c’est les bons jours. Les mauvais, tu peux rajouter : une lessive de vomi à lancer (sans vomir moi-même), un cahier de liaison à signer (alors que je bite que dalle au mot de la maîtresse là, elle utilise plein de graphèmes compliqués), une question métaphysique à supporter (« Mais Maman, le bébé, avant d’être dans ton ventre, il était où ?« )

Et chaque étape est un véritable parcours du combattant tant que justement, je n’ai pas pris mon café. Je passe à deux doigts de remettre la couche sale sur les fesses propres, j’oublie de réveiller l’enfant ou je déboule dans sa chambre en panique un dimanche matin, j’inverse beurre et confiture dans l’ordre de superposage (et on frôle la fin du monde en terme de décibels dans la salle à manger), j’ai une absence devant le tiroir à chaussettes en me demandant bien ce que je fous là, et j’allume la cafetière sans avoir changé le filtre ou mis du café moulu. (c’est vraiment pas bon).

Aujourd’hui, avant de pouvoir enfin prendre ce doux breuvage qui va accrocher ensemble mes neurones, réveiller mes paupières, activer mon sourire et allumer la lumière à l’étage, je dois attendre et fonctionner au radar.

Y a que mon mari qui a un instinct de survie assez développé dans cette famille pour savoir, d’un simple coup d’oeil sur la couleur de mes cernes et la hauteur de mes touffes de cheveux, s’il peut ou non commencer éventuellement à m’avertir que peut-être il songerait si possible à sortir avec des potes ce soir.

Et quand j’ai réussi à faire couler un café correct (niveau couleur en tout cas), le plus souvent, je n’ai pas le temps de le boire. Faut remonter chercher la bonne chaussette au fond du tiroir (parait qu’il faut les deux même, c’est pénible), changer une autre couche (un bon caca ne se fait que dans une couche propre), ou argumenter autour de la délicieusité totale des tartines de confiture sans beurre.

Parfois, en manque, je tente le tout pour le tout, courageuse et téméraire, et je me brûle la langue.

La plupart du temps, j’oublie ma tasse sur un coin de table et quand je m’en rappelle, je me fous la gerbe avec une gorgée de café froid. Eurk.

Souvent, je retrouve une tasse de la veille endormie au fond du micro-onde. Ca fait des trucs bizarres à la surface, le café oublié.

Pour me faire pleurer dès le matin, suffit de me dire que putain de mince alors, on a oublié de racheter du café. Nonnnnnnnnnnnnnn.

C’est alors que mon fils de 5 ans, gentil, prévenant, bien reposé, me propose naturellement d’aller dans sa dinette fouiller un peu et me rapporter « juste un p’tit café ».

Eh bah tu sais quoi ? Parfois, ça fait du bien comme un vrai.

 

 

Publicités

2 réponses à “Un p’tit café

  1. le café de nos enfants : le meilleur!
    sinon pour les chaussettes mon frère a résolu le problème il a fait adopter le look dépareillés à ses enfants (c’est meme le crédo de quelques marques lol)
    allez, courage…..je te laisse j’ai mon café froid qui m’attend
    bises

  2. Courage! J’adore! Bon ici c’est le lait au chocolat, ou le café au lait, ou en cas de cata vraiment pas le temps, le sirop au lait!

    Imagine quand ya plus assez de lait pour le verre du 3ans et ma tasse! Le dilemme, je lui donne un fromage-yaourt, ou je risque de lui crier dessus toute la journée?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s