J’arrive !

Capture d’écran 2015-09-20 à 13.39.02

Je le dis en moyenne 418 fois par jour.

(J’ai acheté un tracker pour suivre mon mot-phrase préféré, c’est très 2015).

C’est quasi pavlovien maintenant : quand j’entends un pleur, un râle ou un Mamannnn, mon cerveau réagit et crée automatiquement un J’arrive ! sans même réfléchir : est-ce qu’on m’a demandé de venir ?

Quand la demande articulée vient de trop loin, il est parfois remplacé par un Tu viens ici pour me parler, mais ce n’est pas encore un réflexe.

La plupart du temps, j’arrive veut dire que j’arrive. Pas dans la seconde, d’accord, mais à plus ou moins long terme. Donc pas la peine de gueuler comme un putois. Je veux dire, c’est pas comme quand le mari répète que oui oui c’est bon il va s’en occuper de ranger le barbecue qui traîne sur la terrasse, moi je le fais vraiment, et bien avant le passage à l’heure d’hiver.

Parfois, j’arrive se prononce j’arriveuhhhh qui veut dire en langue maternelle j’arrive bordel de merde (ça commence à me faire chier je vais me barrer au soleil et boire du champagne dans une piscine à débordement.)

A noter : le j’arriveuhhhh est souvent sifflé entre les dents alors qu’un café chaud m’attend à côté de son pote le chocolat noir environ 7 minutes après l’endormissement du bébé. (7 minutes d’une sieste tellement intense qu’elle aura donc suffi à le requinquer pour les 2 prochaines heures) (pas comme mon café)

Et soyons honnêtes, entre nous, y a quand même des fois où je dis J’arrive ! sans même penser à envisager de peut-être éventuellement me mettre en mouvement.

Je joue la montre, pour finir un mail, un texte, un pipi, ou juste rentabiliser un peu l’assise de ce nouveau canapé dont je ne me rappelais même plus de la couleur.

Parfois (penchant vers le rarement), ça marche. Le plus souvent c’est vain, surtout quand l’enfant est assis sur le trône, un reste de caca collé aux fesses. Au bout de quelques minutes une voix blasée crie du bout du couloir « Maaaaamannnn tu arrives pas là !« 

Oups. J’avais surtout complètement oublié que tu m’avais appelée.

Et quand la fatigue me submerge et que j’en ai assez d’aller et venir, d’arriver et de repartir, de me couper dans ce que je fais et alors je réponds sur un ton fatigué :

« Je fais ce que je peux, je suis pas magique, j’ai pas 4 bras !

– …  bah si t’as 4 bras, Maman !

– Ah oui et ils sont où alors ?

– Dans ton cul.« 

Et je me dis qu’il vaut quand même mieux que je continue de crier que j’arrive. C’est plus sûr.

Même si j’y vais pas.

Publicités

2 réponses à “J’arrive !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s