10 petits dilemmes post-partum

Capture d’écran 2015-06-23 à 09.50.04

La grossesse, tu le savais, avait une fin inéluctable : d’une façon ou d’une autre (et si possible sans impliquer un chirurgien ou des instruments de torture obstétricale), ce bébé allait devoir sortir.

Pour autant, la naissance ne sonnait pas la fin de tous les petits désagréments physiques ou psychologiques subis pendant de longs mois.

Le post-partum aussi se révèle plein de péripéties en pyjama et ventre flasque. Courage.

#1. Dormir entourée d’effluves de couche remplie de caca arrosé de pipi, ou réveiller le bébé pour le changer – et risquer un non rendormissement avant au moins une heure.

#2. Courir acheter des couches jetables demain matin à l’ouverture du supermarché, ou te relever à 23h pour lancer une machine d’inserts, et patienter 30 minutes avant de les étendre.

#3. Allaiter à l’arrache à 3h17 du matin et te taper un début de crevasse en restant couchée, ou prendre le temps et la force de t’assoir correctement dans le lit avant de dégainer.

#4. Aller manger un morceau quand le bébé roupane et tomber de sommeil dès que lui commencer à se réveiller, ou « dormir quand bébé dort » et rêver de lasagnes pendant ta sieste.

#5. Affronter le froid de la salle de bain pour prendre une douche vers 2h du matin ou rester collante de lait et autres fluides et sécrétions de bébé jusqu’à l’aube, au moins.

#6. Choisir des serviettes hygiéniques taille maxi plus conçues pour les culs d’hippos, et qui froutent frrrsshhh-frrrsshhh à chaque pas, ou opter pour une taille normale et risquer les fuites.

#7. Enfiler en speed un pyjama pas trop sale, ranger tes nichons, et courir à la porte pour réceptionner un colis, ou laisser sonner et te taper la queue à la Poste un samedi matin.

#8. Porter un soutien-gorge d’allaitement pour bien caler tes coussinets et te sentir un peu comme dans un corset de 1897, ou rester libérée-délivrée du mamelon et t’éponger à longueur de journée.

#9. Laisser le mari aller en courses seul et constater avec désespoir qu’il a oublié la mousse au chocolat, ou te traîner là-bas et fatiguer sérieusement du périnée dès le deuxième rayon.

#10. Regarder un tout petit dernier épisode de cette série addictive – juste un seul – et avoir des cernes de baobab ou éteindre cette télé et ressembler vaguement à un être humain demain. 

Le post-partum, c’est surtout bien quand c’est passé.

Publicités

9 réponses à “10 petits dilemmes post-partum

  1. « Le post-partum, c’est surtout bien quand c’est passé. » > ho punaise, oui !
    bon courage hein ^^

  2. J’en vois le bout ^^ votre bébé est troooop mignon ça sent le sourire post tétée 🙂

  3. J’ai accouché il y a 10 jours et je me retrouve quasiment dans tout,en en rigolant…comme quoi il y a une universalité dans la maternité et le post partum

  4. Mais comment peut il seulement avoir oublié la mousse au chocolat??? En ante-partum il y a « quand il a oublié les crakers et les ginger ale » et tu penses « tu sais ce que c’est connard d’avoir envie de gerber du matin au soir???? Sors d’ici, et ne revient que quand tu auras compris comment suivre une liste de courses », mais tu dis « c’est pas grave, merci pour les courses, mais s’il te plait, va m’en chercher demain….

  5. de la 3 à la 10 ! Bébé a maintenant 6 mois, il ne reste plus que les hormones de « marshmallow » (je pleure dès que je vois un truc à la tv qui concerne un gnome…grrrrrrrrrrrrr) Merci pour ce post tellement vrai !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s