Ressortir les fringues de bébé

fringues

L’ironie de la vie.

Alors que toi tu t’habilles désormais avec des housses de couettes king size, il est grand temps de ressortir les cartons de fringues du premier enfant déjà grand.

Ca, évidemment, c’est si tu n’as pas été suffisamment traumatisée par les nuits en enfer, les cernes-valises et les couches qui débordent façon coulées de boue dans le sud de la France, et que tu as gardé toutes ces adorables préciosités en coton et velours chez toi, au lieu de les donner à une amie nullipare et naïve, les vendre pour payer ta psychanalyse ou les brûler dans le jardin un soir de pleine lune en riant comme un parent épuisé qui aurait marché sur un Lego en allant pisser vers 3h18 du matin.

Donc, toi qui n’as pas vu ton pubis sans passer par un miroir depuis au moins 6 semaines, tu t’apprêtes gaiement à partir en expédition spéléologique dans le garage, la cave ou les placards de la maison pour retrouver ces putains de cartons de fringues. A l’époque t’en étais pourtant sûre, ça ne servait à rien d’écrire dessus le détail du contenu ou l’âge hein, tu saurais bien retrouver en cas de besoin. 

Ah ah ! Tu as encore surestimé le taux de survie à moyen terme de tes neurones face aux nuits trop courtes et aux Maman Maman Maman Maman en boucle 489 fois par jour depuis que le premier enfant sait parler (et dire qu’on attend tous les premiers mots d’un enfant avec émotion… les parents, ces êtres drogués).

Heureusement, dans ce jeu de Tétris transpirant et contractant, la logique linéaire et prévisible du temps qui passe et de l’enfant qui grandit en suivant plus ou moins les courbes du carnet de santé (assez pour pas avoir la PMI au cul, et juste ce qu’il faut pour avoir droit à des remarques du médecin une ou deux fois par an, quand même) te laisse en plein désarroi.

Oui, les cartons que tu cherches, les « naissance & 1/3 mois » sont bien tout au fond. Tout au fond du fond, tu sais, à peu près là où se trouve ta dignité depuis que tu marches comme un pingouin ivre et que tu pleures devant les publicités pour le Secours Populaire pour lutter contre l’abandon des grands-parents sur les aires d’autoroute en été.

Ouf, trouvés.

Première réaction en balançant tout le contenu du carton dans la machine à laver pour faire passer l’odeur de renfermé qui te rappelle ta belle-mère : c’est pas possible, l’humidité et l’obscurité des cartons ont fait rétrécir les bodies et pyjamas, c’est juste minuscule ces bouts de tissus !

C’est des chaussettes ça, sérieusement ? SERIEUSEMENT ? T’en couds 5 ensemble et ça te fait un petit gant pour orteils !

Deuxième réaction en sortant du tambour toutes ces nanoscopiques choses mignonnes et humides (qui ne sentent plus la belle-mère) : comment c’est long et pénible à étendre !

A noter : l’ajout d’un sèche-linge sur la liste de naissance, juste en dessous du congélateur coffre, risque de choquer les proches non-parents, mais sache que toute la communauté des adultes qui s’est déjà reproduite au moins une fois par choix ou par erreur alcoolisée d’un soir te comprendra et te soutiendra.

Bon, la petitesse de ces échantillons de tissu, là, à la limite, ça te redonnerait presque un peu confiance pour la sortie du bébé par les voies dites naturelles mais surtout étroites. Finalement, c’est pas si gros, hein. Enfin par rapport à coupe menstruelle ça reste quand même plus large oula il est grand ce bonnet de naissance quand même, c’est juste pour sa tête ?… Non non ne t’égare pas.

Une fois remise de tes émotions et de la lecture dubitative des étiquettes (du 6 mois ça, vraiment ? T’as dû le laver un jour à 90 °C pour virer une tache radioactive, et ça a perdu deux tailles, c’est évident), tu contemples les modèles et surtout les ouvertures. Une constellation de boutons pression minuscules et brillants.

Mais qu’est-ce que t’as été stupide, quand même, d’acheter certains trucs, à coup sûr faut que le bébé fasse un triple flip arrière double axel croisé pour pouvoir lui enfiler ça et le boutonner en moins de 4 heures.

Il est assez clair que le mec qui a décidé que les pyjamas s’ouvriraient horizontalement et verticalement au-dessus des fesses, c’est encore un pro de l’égalité des sexes qui ne s’est jamais levé la nuit pour changer une couche explosive. 

Tu félicites quand même ton toi d’il y a quelques années pour sa réactivité, car tu constates que dans le tas de pyjamas à lapinous mignons, pandas jolis et autres I love ma Maman en coton bouclette, y a quelques fringues pratiques : avec des ouvertures à l’avant, et (merci merci merci) quelques fermetures éclair qui partent du pied jusqu’au cou. Le graal du parent feignant qui n’a absolument pas envie de jouer à la poupée avec son bébé.

Dans le tas propre, tu retrouves même quelques trucs offerts à l’époque, certains portant encore l’étiquette du magasin (mais après un passage en machine, et surtout après plusieurs années, pas sûre qu’on te l’échange, même avec le ticket de caisse) et qui vont repartir tout aussi rapidement vers une nouvelle vie dans un carton « A donner ». Parce que non, NON, tu ne mettras pas chemises à boutons, de noeud papillon, de robe à froufrous ou de costume trois pièces à ton bébé de 5 semaines juste parce que oh c’est vraiment trop mimi. Pourquoi pas, pour toi, une robe de soirée pour accoucher aussi.

Et si tu n’as pas encore perdu les eaux à cette étape, tu peux même enchainer en remplissant la valise pour la maternité ou quelques tiroirs de la commode. Il est évidemment inutile d’ajouter que passer par la case « repassage » des mini-fringues est vivement déconseillée, à la fois parce que tu risquerais de te cramer le nombril qui a ploppé de ton ventre y a quelques jours, et parce que de toute façon, tu ne sais même plus où est rangé le fer.

Probablement dans le garage, tout au fond du fond, dans un carton moisi à côté du 3/6 mois. Mais celui-là, il y restera.

Publicités

2 réponses à “Ressortir les fringues de bébé

  1. Ahahaha j’adore te lire 😀 Je m’y vois tout à fait (dans le cas où j’aurais l’idée folle de remettre ça). Je garde les cartons mais je pense souvent à les brûler 😉 Bon courage avec tous ces petits vêtements (mignons quand même hein ?) Ca va bien se passer 😉

  2. Je me suis bien marrée : j’ai fait le tri il y a 2 semaines et je crois que tout ce que tu décris m’est passé par la tête !!! Je n’ai gardé que les bodys qui s’ouvrent sur le devant et les pyjamas… Tant pis pour la belle-mère qui ne manquera pas de remarquer que « un pantalon et une chemise, ce serait mieux pour les photos quand même ! » 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s