10 techniques décalées pour déclencher le travail

Capture d’écran 2015-03-26 à 14.45.35

La grossesse, c’est long, surtout vers la fin. Toute femme enceinte le sait, le neuvième mois compte environs 73 jours de plus qu’un mois normal, en durée ressentie – jusque dans la vessie et le bassin.

Alors certaines sont tentées d’aller larmoyer à la maternité pour qu’on « accélère les choses » en se faisant trifouiller le col, ou pire : vendront leurs derniers neurones encore utilisables au diable en tapotant sur Google « comment accélérer le travail »… et en finissant sur des sites qui comptent autant de publicités poppantes que de fautes d’orthographe (sans parler d’éventuelles photos de bouchon muqueux sur feuille de PQ).

Pourtant, déclencher des contractions, et donc augmenter ses chances de démouler rapidement, c’est assez facile dans son petit quotidien de cétacé. Il suffit…

#1. De changer la housse de couette toute seule

Option lit 2 personnes king size, avec une couette d’une largeur d’environ 43 mètres. Toujours penser à prévenir un proche avant de se lancer dans le changement de parure : sans nouvelle de toi au bout de 3 heures, il faudra appeler les pompiers (prévoir le matériel de désincarcération). Quand un coin est bien mis, le mieux c’est de le coincer sous le ventre : il ne risque plus de bouger. Bon toi tu ne peux plus te relever, mais tant mieux : tu te coucheras plus tôt.

#2. D’aller faire les courses un samedi après-midi

Journée noire par excellence pour la caisse prioritaire squattée par des gangs de personnes âgées évidemment trop occupées en semaine pour venir acheter leurs protections urinaires et autres plats sans sel et prémâchés. Sans compter la densité humaine dans les rayons qui multiplie environ par 4 tes risques de renverser une tête de gondole avec ta protubérance ventrale déséquilibrée, et par 2 tes chances de basculer tête la première dans l’étal des produits frais en promo.

#3. D’accompagner une sortie scolaire d’enfants pas très autonomes

Entre les allers-retours aux toilettes, tu es déjà à peu près sûre de faire tes 10 000 pas/jour. Si tu rajoutes environ 20 accroupissements de suite pour aider à enfiler une manche ou remonter une fermeture éclair, ça va aider ton bassin à s’ouvrir : c’est super physio les sorties en fait. Et si en plus c’est une sortie à la piscine, le quadruple bingo déshabillage, enfilage-de-maillot-par contorsion, désenfilage-de-maillot-mouillé-collé et rhabillage devrait bien te dilater, et pas que le col.

#4. D’assister à une réunion en petite section de maternelle 

Le problème avec les écoles maternelles, c’est que c’est vraiment conçu uniquement pour les enfants, genre plutôt petits. Alors quand toi, jeune mère zélée et impliquée, tu es conviée à une réunion, ça tourne vite à Chérie, j’ai rétréci le mobilier. Mini chaises mais maxi jambes, sans même parler de la largeur fessière proportionnelle au ventre. Plus qu’à rajouter un trou sur le siège, et ça fait une chaise d’accouchement. Effacement total du col promis en cas d’utilisation des micro-toilettes.

#5. D’essayer de s’épiler le maillot seule et sans miroir

Les aisselles, ça va encore, suffit de contourner les cartes Mappy en relief qui te servent de seins depuis 2 mois. Les jambes, avec un tabouret, une baignoire, une tondeuse à gazon ou un mari conciliant, ça peut ressembler à quelque chose de sortable. Mais alors s’épiler le maillot quand on ne l’a pas vu depuis plusieurs semaines sans l’aide d’un miroir, c’est aussi créatif que physique. Une opération Picasso de poils très approximative qui te réanimera ta sangle abdominable perdue dans cette immensité ventrale.

#6. D’organiser un goûter d’anniversaire pour l’aîné

Idéalement, avec deux fois plus d’enfants que l’âge nouvellement acquis par ton héritier, histoire de vraiment avoir envie de t’enfermer dans le garage et te cacher sous la pile de linge sale en chantant une chanson de Henri Dès en boucle, les oreilles bouchées. Survivre à un goûter d’anniversaire sans finir avec des contractions toutes les 4 minutes ou une tension artérielle explosive, c’est possible uniquement si tu sers du punch aux gamins, et que tu oublies la pêche à la ligne ou la course en sac dans le salon.

#7. De s’habiller en entier sans rien toucher autour

Déjà, réussir à trouver du premier coup une tenue complète propre, à peu près assortie, de saison et qui te va, ça tient du miracle, ou de la recherche spéléologique dans les tiroirs de la commode. Sans rien avoir encore enfilé, tu es déjà en sueur. Sauter dans sa culotte quand on ne voit plus le bout de ses pieds, enfiler un tshirt sans perdre l’équilibre et fermer le soutien-gorge avec un tour de poitrine taille 110F, c’est encore plus sportif sans jamais s’assoir, se tenir à la penderie ou se prendre un mur dans la tête.

#8. De sortir de la baignoire parce qu’on a repéré une araignée dans le coin

Depuis 4 jours tu attends d’avoir plus de 14 minutes disponibles pour prendre un bon bain chaud, toute seule. L’eau est à la température idéale, tu as réussi à virer tous les jouets en plastique chinois qui flottaient, ton ventre se détend, tes épaules se relâchent… et elle est là, sur le joint près du robinet : tu hurles en effectuant le lever-sortie de baignoire le plus rapide du siècle, en ne suivant pas du tout les conseils de ta sage-femme évidemment. Contractions assurées.

#9. D’ouvrir un pot de cornichons sans torchon ni homme fort à portée

Certes, les contractions partent plutôt des bras, mais certains pots sont tellement coriaces que même l’utérus participe à l’effort de guerre. Et comme RIEN ne peut s’interposer entre toi et de la bouffe, tu souffles façon gros chien de montagne, tu serres les dents et le périnée et on pouuuuuuussssssse avec les paumes, allez, encore, c’est bien, c’est bien, on y retourne je vois le couvercle bouger ! Bravo Madame, c’est un petit garçon cornichon bien vinaigré. Et sans intervention de l’homme, blasé.

#10. D’aller au bureau de Poste, n’importe quand

Comme ils le disent si bien dans la pub, on est tous clients La Poste, pour le meilleur et pour le pire. Les plus aguerries apportent une tablette de chocolat et un tricot à terminer pour survivre à l’attente. Besoin de stimulation supplémentaire ? Pas de souci : colis indiqué reçu mais renvoyé par erreur en Martinique, emballage « pas aux normes, Madame, ça passe pas dans la machine »… tout ce qu’il faut pour bien contracter, debout derrière 16 personnes pas du tout disposées à te laisser passer avant.

Sinon, y a le déclenchement à l’italienne, mais alors là…

IMG_2415

Publicités

4 réponses à “10 techniques décalées pour déclencher le travail

  1. Super ton blog, ce n’est toujours pas facile rendu en fin grossesse huuu.. moi rendu au cinquième mois de grossesse ce n’est pas toujours facile. Je te souhaite une bonne continuité.

  2. Le point 5 a constitué la pire honte de ma fin de grossesse. En me contorsionnant pour tenter d’apercevoir quelques poils mon perinee m’a lâchement abandonnée. Se regarder pisser par terre sans rien pouvoir faire pour arrêter le flot c’est un grand moment de solitude !

  3. Il y a 4 ans j’ai testé faire les courses … Bon c’était un mercredi, mais ça a marché ! Le vendredi soir j’étais maman 🙂

  4. Pingback: Du Sang, Des Larmes, De La Sueur Et Du Sekt : Les Bons Tuyaux Pour Se Preparer A L´Accouchement | Maman en Allemagne·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s