Jeu de piste

Capture d’écran 2014-07-27 à 14.50.54

Enfin tranquille, la maison est vide, tu vas prendre un peu de temps pour toi.

Tu te prépares un café bien fort et envisages même de le boire encore chaud, les fesses moulées sur le canapé.

Tu t’assois sur le canapé, les fesses te picotent : tu t’es assise sur un tracteur de l’espace en Lego. Comme le café est encore brûlant, tu décides de monter le ranger dans la salle de jeux en haut.

Tu poses ton café sur la table basse, et tu entreprends de monter les escaliers avec la construction surréaliste.
Deuxième marche de l’escalier, la réserve de PQ attend d’être montée dans la salle de bains. Il te reste une main, tu l’embarques.

A l’étage, détour par la salle de bain pour lâcher les 12 rouleaux format familial économique, puis direction la salle de jeux.

A peine entrée tu t’éclates la voûte plantaire sur quelques une des 435 briques de couleurs qui accueillent avec joie leur frère tracteur de l’espace disparu.

Tu t’agenouilles et ranges tout dans la boite en plastique. A 15 cm de la moquette, tu aperçois sous un meuble le bout du téléphone fixe qui étonnamment n’a pas sonné depuis plusieurs jours. Plus de batterie. Tu l’embarques pour redescendre au salon quand tout à coup ton regard croise celui d’un petit cumulus de fringues nainbus approximativement bien planqué derrière la porte. Tu fourres le téléphone dans ta poche arrière et te baisses pour récupérer le trésor textile.

Sur le palier, tu cherches le panier à linge sale, que t’as dû oublier dans la chambre du petit lors du dernier ramassage.
Tu retrouves le panier avec une brosse à dents au fond. Tu ramasses le panier, retires la brosse à dents oubliée et y fourres le duo short-tshirt option herbe fraîche et chocolat, et glisses la brosse à dents dans l’autre poche arrière.

Quitte à remplir le panier, autant le faire complètement. Tu ratisses la chambre et récupères 3 chaussettes sales différentes qui ont probablement perdu leur jumelle entre le tambour de la machine et la commode.
Dans la chambre parentale, tu écumes le dessous de lit : un soutien-gorge, 2 tshirts, un caleçon.

En repassant dans la salle de bain, tu déposes la brosse à dents près du lavabo. Tiens, le dernier tube de dentifrice est vide, tu poses le panier par terre, tu jettes le dentifrice : enfin tu essaies parce que la poubelle est pleine.

Bon, d’abord le linge. Tu renifles 2 serviettes de bain qui trainent, tu les laisses rejoindre leurs proches dans le panier, maintenant assez rempli pour faire une machine.

Tu redescends les escaliers, tu vas lancer ta machine, tu attrapes un sac poubelle et tu remontes vider la poubelle de la salle de bain. Et celle du bureau, tant qu’à faire. Ah, et il resterait pas une couche nocturne près du lit du petit ?

Tu repasses par la salle de bain vérifier qu’il n’en a pas semé une à côté de la cuvette des toilettes (et si), et t’en profites pour sortir le nouveau tube de dentifrice du placard, ce qui évitera un « Chériiiiiieeeeee y a plus de dentifrice ? » dans quelques heures. Tiens, en parlant du mari, il a laissé son magazine de jeux vidéo à côté de la baignoire.

Tu descends les escaliers, le sac poubelle dans la main droite, le magazine dans la main gauche, le téléphone oublié dans la poche arrière.

Tu jettes le magazine sur la table basse – ah tiens, mon café ! – tu reposes le combiné sur son socle – bip bip – et tu vas sortir la poubelle.

Dans l’entrée, tu butes sur 3 peluches qui tentaient visiblement une fugue et une figurine de je-sais-plus-quel-dessin-animé, tu coinces le tout sous ton bras et jettes un œil à la machine pour vérifier que tout va bien. Elle a déjà 6 ans, tu t’attends à tout instant qu’elle te pète entre les doigts, inonde ton garage et réduise à néant tes rêves de nouveau congélateur pour Noël.

Tu scannes le salon pour vérifier qu’aucun jouet ne mérite un aller simple vers la salle de jeux : il te reste un bras de libre, faut pas gâcher. Tiens, le doudou oublié sur une chaise de la salle à manger.

Tu remontes en pensant qu’un de ces podomètres te serait vachement utile pour savoir combien de pas tu es capable de faire en une journée sans sortir de la maison.

Après avoir largué ton butin dans un bac à jouets à peu près vide, et le doudou dans le lit enfantin, tu passes la tête dans le bureau : les tasses de la semaine passées sont sagement alignées sur le bord de la bibliothèque, un fond de café à différents stades de moisissure dans chacune. Ton petit côté scientifique du quotidien.

Pas de trajet à vide : tu glisses les anses autour tes doigts et tu redescends en regardant bien où tu fous les pieds.

Après avoir tout déposé dans l’évier, tu fais un léger détour de quelques centimètres vers la réserve à chocolat pour piquer un carré : ça ira bien avec le café, et puis merde, tu l’as mérité.

Tu te rassois enfin sur le canapé déminé, en soupirant de contentement devant ton efficacité maternelle. Le café est évidemment froid. Tu re-soupires, mais plus franchement de contentement, et retournes dans la cuisine. Tu ouvres le micro-ondes et y trouve une tasse bien seule avec un thé proche du coma sagement croupi à l’intérieur. Elle rejoint sans état d’âme ses copines caféinées.

Tu tournes le bouton jusqu’à 30 secondes, et au bout de 4 tu repères une facture oubliée entre la planche à découper et le mixer. Tu profites des 26 secondes restantes pour aller la poser sur ton clavier d’ordinateur en haut, sinon à coup sûr tu vas l’oublier jusqu’en 2015.

Tiens, t’as reçu un mail, tu t’assois du bout des fesses juste pour le lire en diagonale, et sans vraiment savoir comment, tu te retrouves devant un onglet Facebook et une vidéo de bébés pandas qui tombent. Tu te marres.

Merde, ton café.

Tu redescends en vitesse, et le silence en bas te prend par surprise : la machine est terminée. Vu que la dernière, tu l’as oubliée 4 jours et qu’à la fin le linge aurait pu sortir tout seul et vivre en toute autonomie biologique, cette fois-ci tu joues la mère parfaite.

Tu vides le linge dans le panier échoué à côté, et tu vas le poser au pied de l’étendoir dans un coin du salon. Décoration familiale.
Une grosse pile de linge pliée attend déjà sagement sur une chaise à côté, et l’étendoir est recouvert de fringues archi-sèches depuis 2 jours.

Tu montes la pile, la poses en équilibre sur ton lit, redescends plier le linge étendu, la chaise n’aura eu que peu de répit. Tu recouvres à nouveau l’arbre métallique de vêtements humides qui ne connaitront jamais un fer à repasser.

Avec tout ça, t’as toujours pas bu ton café. Dans le micro-ondes, il a déjà re-refroidi et commence à sentir le cramé.

Tu abandonnes le projet café, et te tournes avec espoir vers le canapé pour un petit repos de la guerrière devant les infos en continu.

L’heure s’affiche : dans moins d’une minute il va falloir te relever et aller chercher le petit à l’école.

Alors, ça fait du bien de prendre du temps pour soi, non ?

Publicités

5 réponses à “Jeu de piste

  1. Je compatis… Mon premier a deux ans, mon deuxième un mois et mes journées ressemblent à des allers retours incessants dans le genre de ceux que tu décris… Ma machine à laver tourne tellement souvent qu’elle est au bord de la surchauffe. Je me suis habituée au style « froissé » parce que si je repasse mes fringues, en plus de celles des nains, je ne m’en sors plus…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s