La théorie du retard

photo

Avant d’avoir des enfants, les minutes séparant ton réveil éberlué, trace d’oreiller en travers de la joue et filet de bave en option, de ton départ de la maison étaient stables. Soixante secondes chacune, sauf en cas de gueule de bois hallucinatoire.

Aujourd’hui, l’algorithme de calcul du temps s’est complexifié, prenant en compte une quantité incroyable de variables auxquelles tout être nulliparemment rationnel et normalement constitué n’aurait jamais pensé.

Pour les parents, les causes de retard, de ralentissement ou d’accélération du temps sont quasi-infinies.

Les secondes semblent décélérer quand tu regardes ton enfant, toute frustration dissimulée derrière un sourire de circonstance, tenter de mettre tout seul ses chaussettes, sa culotte, son pantalon et toute la panoplie. Le temps des enfants est bien plus relâché et visiblement aucune petite voix ne leur crie dans l’oreille intérieure Mais bordel dépêche-toi on va encore être à la bouuuuuurre c’est pas possible faut pas 10 minutes pour enfiler un tshirt !

Les minutes accélèrent quand tu reposes juste quelques secondes ta tête sur l’oreiller, quand tu veux prendre juste une petite douche rapide, quand tu veux juste boire ton café juste avant qu’il soit tiédasse. Sans t’en rendre compte, tu viens de te rendormir un quart d’heure, ta douche a duré 8 minutes et il ne manque plus qu’une paille et un glaçon à ton café pour en faire une boisson estivale.

Les raisons possibles pour un retard matinal sont aussi nombreuses que celles expliquant les pleurs d’un bébé. C’est dire.

En tête de liste, bien sûr, la désormais célèbre nuit des morts-vivants aux 18 réveils pour cause de pipi, vomi, toux, peur, petite voiture dans le lit, couette qui a glissé, monstre supposé, envie de raconter un truc super important à Maman, le chat qui prend toute la place…

Arrivent ensuite les excuses un peu biscornues, celles que ton patron n’avalera pas une seconde et qui remettront ton dossier de demande d’augmentation en bas de la pile : le passage à l’heure d’hiver, ou d’été, celui des deux qui crée un décalage horaire pour toute la famille pendant 4 jours, sans même avoir eu le droit de partir en vacances en avion, ou la panne d’électricité nocturne qui éteint le réveil, le vomi du matin alors que tout le monde est déjà sur le seuil de la maison prêt à partir…

Le retard est un concept tellement immuable dans une vie de parents qu’il a maintenant sa propre échelle ouverte. Elle permet d’un simple coup d’œil d’évaluer le nombre de minutes englouties dans le trou noir matinal.

Pour cela, il suffit de comparer son positionnement par rapport aux autres familles en arrivant à l’école.

A l’heure

Une situation assez rare pour être remarquée et te rendre fière, et qui te rappelle ces instants de fayoterie auprès des profs de collège.

Pour réussir cet exploit, il est fort possible qu’il te faille quitter la maison sans avoir pris le temps de finir son café (ce qui s’assimile un peu à de la triche, quand même).

Et si les enfants se sont laissés habiller et lacer sans broncher, il est fort probable que l’instinct parental te pousse à soupçonner une connerie planquée quelque part dans la maison qui expliquerait leur comportement docile.

Un peu en retard

Quelques parents devant toi, quelques-uns qui pressent le pas derrière, tu te sens tellement bien dans le flot tranquille du matin que tu prends même le temps de regarder un ou deux escargots sur bord de trottoir. Ce qui évidemment augmente légèrement le retard, te faisant passer de « à l »heure en gros » à « un peu en retard mais bon ça va, tout le monde fait pareil ».

Beaucoup en retard

Il n’y a plus personne derrière, les enfants devant sont déjà loin, tu ne vois plus que des petites formes étranges qui se dandinent avec un énorme cartable rectangulaire à néons qui clignote dans le dos. Tu te retiens de tirer sur le bras de ton gamin, ce serait un coup à lui en déboîter le coude et exploser le chrono par un détour aux urgences. Tu optes pour l’option Allez je te porte c’est la fête je suis trop sympa hein, et tu remercies le ciel d’avoir arrêté de porter des talons y a déjà quelques années.

Complètement en retard

Plus personne derrière, plus aucune silhouette à néons devant, et pire : tu croises tous tes voisins qui repartent libres d’enfants de l’école, souriants, colis déposés. Ils ne se privent pas de t’adresser un petit sourire qui veut dire : tiens, t’es à la bourre, dommage, moi je suis pénard. Tu notes leurs noms dans ta tête et tu prévois intérieurement de fourrer leur boîte aux lettres avec de la pub pour l’incontinence urinaire récupérée à la pharmacie.

Faille spatio-temporelle

A croire vraiment que les services municipaux ont installé un changement de fuseau horaire entre l’école de quartier et ton lit pendant la nuit.

Plus personne nulle part. Le pic de circulation du matin est terminé, les travailleurs en sont déjà à leur deuxième pause café, même la mamie au déambulateur est enfin arrivée à l’arrêt de bus. D’ailleurs quand tu la croises, elle croit pertinent de demander « Alors, il n’y a pas d’école aujourd’hui ? ». Tu te retiens de faire économiser une retraite à la sécu.

Il est intéressant de noter que le retard évolue au fil de la semaine, de presque à l’heure le lundi jusqu’à carrément à la bourre le vendredi, avec option arrivée pendant la récréation de 10h une veille de vacances – ou carrément partir en weekend le jeudi pour cause de burn out familial.

Finalement, pour tout parent normalement constitué, seulement trois phénomènes peuvent provoquer l’arrivée en avance à l’école :

– un enfant malade toute la nuit et qui pète soudainement la forme depuis l’aube, vers 5h38

– une rentrée après des vacances épuisantes… enfin des vacances normales

– un lundi matin, forcément post weekend, soit deux jours en continu sans pause, avec un congélo en panne.

 Autant dire qu’un lundi matin de rentrée, après des vacances parfumées au vomi dans les cheveux, tu es devant la grille de l’école avant même que la directrice n’ait pris son premier café.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s