Chroniques fatiguées d’une mère en pyjama – 1

photoc

1er janvier, au réveil

Mon mari en a marre de m’entendre. Enfin, c’est la seule explication logique qui m’est venue après avoir déballé son cadeau pour Noël.

Un journal intime.

Qui offre encore un truc où il faut écrire au stylo et se faire mal au poignet, de nos jours ? On peut même pas faire de copier-coller, ou alors ça tournerait à la séance de découpage moyenne section de maternelle.

Il ne veut plus que je me confie à lui, que je le bassine avec mes journées inintéressantes de mère au foyer, que je lui raconte mes péripéties du quotidien avec deux enfants à la maison.

Entre nous, je suis pas persuadée qu’il écoutait vraiment avant. Il avait plutôt le regard d’un mec qui branche le pilotage automatique, tout rentre à droite, tout ressort à gauche, sans déperdition.

C’est bien la première fois qu’il est inspiré pour me faire un cadeau, tiens, faut au moins lui reconnaître ça. Si ça avait pu être un cadeau destiné à autre chose que me faire taire, ça aurait été un brin plus romantique.

Je vais lui offrir une ceinture abdominale pour son anniversaire, ça lui apprendra. Ou une perceuse, tiens. Il se trouverait bien con, lui qui pense que le bricolage ça se fait avec de la patafix, un marteau et du scotch.

Plus tard, vers l’heure du déjeuner si j’en crois mon estomac

Sérieusement j’ai une tête à tenir un journal intime ? Je suis déjà pas foutue de finir la pile de linge à repasser.

Ca se trouve il m’a offert le carnet pour me tester. Et je suis joueuse. En fait, ce serait un genre de défi personnel de le remplir ce carnet. Alors je vais essayer.

Un an dans la vie d’une mère fatiguée en pyjama. De la joie, des larmes, du vomi sûrement aussi, du sexe si possible (sait-on jamais, si les enfants se mettent à dormir et moi aussi), et des questions de mère complètement existentielles.

16h24

Je me demande s’il y a un gène de l’étendage, et qui serait rattaché au deuxième chromosome X. Ça expliquerait pourquoi j’arrive à comprendre dans quel sens on prend un cintre et pourquoi mon mari, non.

Parce que je n’ai pas fait d’études blanchisserie. Même mon stage découverte de l’entreprise en 3e, c’était pas chez le teinturier, mais chez le pharmacien. Ce qui explique en revanche peut-être que je dois lui rappeler la posologie du Doliprane une fois par semaine.

Bref, en parlant chiffons, je crois avoir enfin compris pourquoi on vend les chaussettes par lot de 3 ou 4 paires. C’est à cause du mystère des chaussettes sales qui disparaissent entre le lave-linge et le tiroir.

20h17

Les enfants dorment ENFIN.

Ca n’a pas été facile, vu qu’en sortant de la chambre du grand, j’ai bien sûr marché sur un tyrannosaure en plastique toutes pattes dressées, que j’ai crié, et que j’ai donc dû relire une histoire. En quittant enfin sa chambre, je m’attendais tellement à ce que la moquette grince que j’ai bien mis 3 minutes pour faire 2 mètres.

Vu le temps de cerveau disponible qu’ils me laissent chaque jour, à moins de planquer le journal intime sous la réserve de rouleaux de PQ et d’écrire aux chiottes, je ne risque pas la tendinite du poignet.

Et encore. Ils me suivent aux toilettes. Ce matin, le grand m’a même demandé d’une façon très mignonne s’il pouvait voir mon pipi, pendant que la petite rampait sous le meuble du lavabo.

Il semble d’ailleurs qu’il faille y passer urgemment l’aspirateur.

20h19

Je suis crevée.

J’aurais passé la journée en pyjama, ça facilite le coucher.

Bonne nuit moi-même.

A demain.

PS : pyjama 10 ans d’âge, passé du violet foncé au violet clair au fil des lavages, débardeur et short difforme. Raccord avec mes cuisses.

***

(Ceci est le début d’une nouvelle série de billets Chroniques fatiguées d’une mère en pyjama. J’espère que vous en apprécierez la lecture, et j’espère surtout avoir le temps et l’énergie de repousser mes limites pour aller au bout de ce projet, qui, je le rappelle, n’est pas autobiographique.)

Publicités

18 réponses à “Chroniques fatiguées d’une mère en pyjama – 1

  1. Ah oui, « pas autobiographique » : 2 enfants ! Je sens que je vais aimer, j’espère que tu trouvera le temps et l’énergie pour continuer !

  2. J’adore te lire. Comment bien se marrer. Te lire. Mon chéri moi m’a offert ton livre à noël et je le dévore un peu plus chaque jours (bien sûr entre ma puce et le boulot ça ne me laisse pas le temps de lire le reste de la journée) mais super continus pour nous tes lectrices fans…

  3. Ca me rappelle des souvenirs ! mais rassure-toi, ça passe ! (et pourtant les miens ne sont pas si vieux que ça !)

      • Oups… entre temps j’ai vu le début du n°2 et j’ai compris seulement là que c’était de la fiction ! d’ailleurs certains points du n°1 m’ont étonnée, notamment la petite soeur sous le lavabo… logique !

  4. Pingback: Chroniques fatiguées d’une mère en pyjama – 2 | Maxi best of McMaman·

  5. Pingback: Chroniques fatiguées d’une mère en pyjama – 3 | Maxi best of McMaman·

  6. Pingback: Chroniques fatiguées d’une mère en pyjama – 4 | Maxi best of McMaman·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s