Mission propreté

Capture d’écran 2013-10-28 à 18.17.25

On a beau se la jouer parent cool, qui respecte le rythme de son enfant, qui lui fout pas la pression à la sortie du bac à sable, mais faut dire que si ton petit n’est toujours pas propre l’été avant la rentrée en maternelle, tu balises.

La première rentrée scolaire, c’est une grosse épée de Damoclès au-dessus de ta tête, une épée qui sent la couche trop pleine.

 Jusqu’à présent, tu prenais ton mal en patience, mais là, tu veux vraiment te débarrasser de ton enfant auprès de la maîtresse, et pour ça il faut qu’il passe au slip de super héros et oublie les couches.

Ta mère te conseille d’y aller doucement, ta belle-mère te reproche ton manque d’autorité, ta boulangère te dit qu’elle a vécu pareil et ta meilleure pote te rassure : le nombre d’enfants non propres en petite section est bien plus important qu’on ne le croit.

 Si ça a le mérite de te rassurer, ça n’empêche pas que tu as hâte de dépenser le budget couches en cinéma-baby sitter-restaurant. Et le tout en une seule soirée, si possible.

Tu t’es donc équipée : réducteur, pot choisi par l’enfant (le plus ridicule possible, avec option super héros), couches à enfiler, livres plus ou moins bien sentis sur le sujet… et tu parles pipi-caca à longueur de journée. Vive l’été, l’enfant se balade à moitié nu et apprend à se retenir et réclamer le pot.

Tu laisses même ta porte de toilettes ouverte pour « normaliser » la chose. Au final, tu gagnes surtout des « ma Maman elle a fait caca » répétés à la factrice. Merci, mon cœur.

Bien sûr, la propreté fait partie du grand Loto de la vie si rigolo, tu sais, celui qui décide si ton enfant dormira 6 heures de suite dès la sortie de la maternité, ou plutôt pas avant 3 ans (soit plus de 1 000 nuits, pour info), s’il marchera à 9 mois ou fera encore la limace à 18, s’il récitera du Henri Dès à 2 ans ou bafouillera son prénom à 3… C’est une surprise à chaque enfant.

Y a les précoces, souvent des filles, hein, qui sont propres jour et nuit à 18 mois. Impossible de passer à côté, les parents vont en faire au moins 3 statuts Facebook et le raconter à chaque apéro jusqu’à sa majorité.

Y a les pas pressés, qu’on confond aussi avec les trop occupés à jouer, qui ne voient vraiment pas en quoi c’est un progrès de devoir s’arrêter en plein dessin d’escargot radioactif pour aller se vider la vessie.

Y a les anxieux qui ont peur de se séparer de leur cher caca et le préfère collé aux fesses qu’au fond de la cuvette. Ils sont responsables d’environ 35 % des ventes de livres pour enfants. Ils se partagent le marché avec ceux qui déménagent, ceux dont les parents se séparent et ceux qui vont avoir un petit frère ou une petite sœur.

Enfin, y a les petits rigolos, qui sont propres un jour sur deux, ou seulement quand ça les arrange, de préférence quand tu as oublié de mettre une couche dans ton sac à main ou qu’il te reste 2 pour tenir tout le weekend. Te font bien comprendre qu’ils peuvent être propres, mais non, sans façon, pas aujourd’hui. Bon, faut dire qu’ils sont sensibles ces petites choses, un rien les perturbe et c’est dans la couche qu’ils te le font savoir (ou un peu en dehors, parfois).

C’est une étape un peu déstabilisante pour les parents aussi, il faut prendre de nouveaux réflexes, repérer les toilettes dans les centres commerciaux, apprendre où il est socialement admis de faire pisser son enfant au parc, et où, non, non, non, vous n’obtiendrez que des regards dégoûtés de parents plus expérimentés. Il faut penser à proposer d’aller aux toilettes au lever, au coucher, et environ 145 fois entre les deux.

En voiture, il convient de discerner le véritable appel du pipi qui pousse à l’arrêt dans une aire boisée peu recommandable, de la manipulation enfantine visant à se dégourdir les jambes tranquillou en brandissant la carte du gros pipi dans le siège auto difficilement déhoussable à 200 euros. Soyez vigilants, les enfants s’adaptent très vite, un peu comme les virus.

Heureusement, petit à petit, le défi passe d’insurmontable à envisageable, et les accidents-serpillères se raréfient… Courage, promis, à 15 ans il ne t’appellera plus quand il voudra faire pipi. Ou seulement si tu as oublié de racheter du PQ.

Et n’oublie surtout pas le change complet dans le sac de l’école, sinon la maîtresse, elle risque de te gronder devant tout le monde.

Billet inspiré d’un témoignage écrit pour le numéro de Septembre-Octobre de Parole de Mamans

Publicités

5 réponses à “Mission propreté

  1. Titouan, 16 mois, se cache dans la salle à manger avec un bouquin pour être tranquille (y en a c’est l’iphone, lui est plus tradi) puis vient gentiment nous coller ses fesses sous le nez pour nous prévenir que la couche est hors d’usage. En ce qui concerne le pipi, bah chez nous, il n’y en a pas!! La faute à une malformation et ouais ici, c’est pipi mécanique!
    pas encore posté tout ça sur fbk, je cherche le bon statut 😀

  2. Oh que je reconnais ma ptite terreur dans le style rigolo qui est propre quand ça l’arrange! Rentré en petite section cette année, Monsieur est propre 1 fois sur 2, ou alors 15 jours nikel et hop rechute et rappel à l’ordre de la directrice… Gloups…. C’est vraiment dur dur en ce moment.

  3. Si mon fils est propre depuis ses 22 mois environ, c’est grâce à sa nounou qui avait pratiqué l’HNI sur ses enfants et propose de s’en occuper en journée quand elle sent l’enfant prêt, considérant que « c’est lui manquer de respect de ne pas répondre à des signes lorsqu’on les a perçus ». Cependant, il ne va pas spontanément au pot tout seul : d’abord il faut nous prévenir, et s’il est 7h30 du matin et qu’on lui a demandé, il y a une demi-heure, de jouer gentiment tout seul et de nous laisser dormir encore un peu, il attendra, et finira au bord des larmes pour nous prévenir. Pour que je lui dise « va dans la salle de bain, enlève ton slip, assieds-toi sur le pot et fais pipi », oui. Heureusement que les ASEM demandent régulièrement aux enfants s’ils ont besoin d’aller au toilettes…

  4. lol , le mien est du genre propre un jour puis d’un coup hop finalement c’est pas terrible de faire pipi dans le pot, hop , on retourne aux couches (il a 30 mois)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s