Les Princesses (ne) font (pas) caca

La-princesse-et-le-caca-couv1-212x300

Je t’avoue clairement que j’ai longuement hésité à choisir ce titre, craignant les requêtes vers le blog que je vais voir dans les jours prochains.
Mais je suis forte, je n’ai plus peur de rien depuis « blog magic mac maman ».

La parade de Noël sans Père Noël continue ici, et on entame le quatrième concours, après Presque Parfait, JPMBB et Rêve de Pièges.
Je tiens à vous remercier, vous jouez (en gros) bien le jeu des règles du concours, vos photos nous font bien marrer, bon esprit, bonne ambiance, tout ça.

Comme tu le sais, j’ai un petit fond de mamuniste frigide du téton, et j’aime pas trop cette tendance à la surmédicalisation de toutes les grandes étapes de notre vie de mère : grossesse (voire pré-grossesse pour certains gynécons frileux), accouchement, premiers jours avec le bébé, alimentation, courbes de croissance, dates limites de passage à la purée de carotte… Tout ça manque pour moi de naturel, de laisser aller, de confiance en soi, de … lâcher prise.

Odent

Oh que j’aime cette expression : lâcher prise. Accepter ses limites, savoir qu’on peut faillir, que l’imperfection ne fait pas la valeur du parent, être auto-indulgent, écouter son coeur au lieu du pédiatre… Toutes ces choses profondément ancrées en nous dans notre mémoire génétique et que nous cédons trop à des professionnels (de santé, du marketing, de l’éducation).

C’est pour ça que j’aime particulièrement les Editions du Hêtre. Une maison qui a une éthique, une ligne éditoriale forte et fière. Des livres qui apprennent à écouter notre nature, et à la respecter.

Cette maison d’édition, je t’en ai déjà parlé sur ce blog, avec un joli concours pour gagner Toi, moi et la tétée l’an passé, et aussi sur Je suis une Seinte, pour gagner Hathor, la Déesse-Vache, fin 2011 je crois bien.

Aujourd’hui, je te propose de découvrir leur dernière parution : La Princesse et le Caca. NON, ce n’est pas un livre pour fillette entre 2 et 3 ans qui refuse de faire sur le pot à trois semaines de la rentrée en petite section.
Pour une fois, un livre pour adulte contient le mot « caca », et rien que ça, ça vaut le coup de le mentionner. Bien joué, fallait oser, dans ce milieu éditorial assez aseptisé (***tousse tousse***).

Gaskin

La Princesse et le Caca, c’est une jolie fable en mots et en images autour de cette notion : lâcher prise. Se faire confiance. Accepter ce que l’on est (des mammifères !) pour mieux donner la vie. Ne plus avoir peur de ce qui ne doit pas nous effrayer… même si entre nous, la chose qui me faisait le plus peur concernant mon accouchement, c’était de me retrouver en chambre double.

J’aime la façon dont les éditions du Hêtre parle de cet ouvrage : « une histoire sur la beauté et la puissance de l’enfantement et les vertus du lâcher-prise. »

Et oui… le sang, le caca, et même cet étrange bouchon muqueux, c’est naturel, c’est normal (ce n’est pas saaaaaaale). Accepter de comprendre son corps, sa sexualité, son enfantement, c’est reprendre le contrôle sur la création de sa famille, sur sa rencontre avec son enfant. C’est essentiel.

Pour t’aider, pour te rassurer, pour t’informer, je t’offre 3 exemplaires de ce si joli conte pour grandes personnes.

photo 3-5

La Princesse et le Caca est un livre, donc ce concours sera écrit. Pour participer, il faut laisser un commentaire ci-dessous. Ne râle pas si tu ne le vois pas apparaître de suite, il peut être en modération, je ne suis pas un robot derrière mon écran.
Un seul commentaire par personne, limité à 5 lignes (environ), pour faciliter la lecture.
Le concours se terminera le dimanche 9 décembre à 23h59 pile heure d’Angers (héhé).

Le thème : raconte-moi une anecdote autour du lâcher prise.

Bien sûr, comme d’hab, ce concours est réservé à la McCommunauté de Facebook et aux Likers de la page des Editions du Hêtre.

Bonne chance à toutes les Princesses,

Marion

*** Pour mon Noël à moi, tu peux t’offrir mon livre Le Maxi Best of Grossesse et Naissance ***

PS : concours réservé aux résidents de France, sauf si vous acceptez de participer aux frais de port !

******

EDIT : Merci à toutes pour vos confidences… pour ce concours, c’est entièrement au « feeling » que j’ai choisi les gagnantes, les textes qui résonnaient le plus en moi, je suppose.

Il y a donc 3 gagnantes, et voici ce qui m’a plu dans leur participation :

Sarah Jaffé : « Quand ton coeur te dit : « ils ont besoin de toi », lâche prise, lâche tout et va les rejoindre. Rien d’autre n’est important. »

Hélène C. : « La préparation à l’accouchement ne m’a finalement servi à rien : mon cerveau s’est débranché tout seul et j’ai ressenti les choses au lieu de les penser. »

Caro : « Mais récemment, j’ai accepté le fait que je n’avais pas les épaules assez solides pour supporter mon malheur et celui de ceux à qui je tiens. Alors j’ai commencé par prendre soin de moi. Pour pouvoir à nouveau prendre soin d’eux. »

J’attends vos mails, et je retourne au nettoyage du vomi 🙂

Publicités

54 réponses à “Les Princesses (ne) font (pas) caca

  1. Bonsoir,
    petite participation à ce concours ^^

    La seule chose (pour le moment) pour laquelle j’ai réussi à lâcher prise, c’est mon poids, mon poids et mon alimentation. Depuis peu j’essaie de vivre mon alimentation comme elle vient, sans prise de tête, en essayant juste de m’écouter, d’écouter mon corps.
    Je ne me suis pas pesée depuis un bon bout de temps, mais une chose est sûre, je me trouve plus jolie maintenant qu’avant !

    merci pour ce conours !

  2. Toujours dans la retenue nous les nanas…moi la première, je tente de contrôler mon image, de garder mon self contrôle…mais un jour j ai laché prise…ce jour là je mettais au monde mon fils. Après avoir poussé 1h, j ai eu droit aux forceps, j ai commencé à hurler « stop, arrêtez, vous allez me casser en 2, j’vais clamser », ils ont arrêté, mais m ont emmené au bloc pour une cesa…sur ce, je leur ai supplié « profitez en pour le faire une lipo et une abdominoplastie! » (Eh oui, j ai réussi à dire ce mot même shootée)

  3. Heu…. J’ai oublié ma cup une semaine dans mon vagin et quand je m’en suis rendue compte, un soir à 23h, je me suis dit que bon… Une nuit de plus… (oui bon c’est un peu gore mais au moins c’est vrai, et récent.) (Et là, j’hésite vraiment à l’envoyer le com…)

  4. Une anecdote ?
    Elle a 20 mois, de jolis yeux bleus, une frimousse pleine de malice.

    Elle est le fruit du lâcher prise que m’a offert la sage femme de garde un soir de mars 2011. Elle m’a offert de rentrer chez moi. De revenir plus tard.
    Plus tard ? Une heure trente chez moi auront suffit; pour que là haut, ça se débloque et que ma fille puisse venir au monde…

    • J’avais 25 ans, j’essayais depuis un an de tomber enceinte. Depuis l’arrêt de la pilule, je n’avais eu mes règles que 3 fois en un an. J’étais super stressée par la vie parisienne, par mon boulot, par deux ou trois questionnements existentiels qui remettaient presque en cause mon couple. Bref, le chat se mordait la queue, et tout se bloquait.
      La gyneco disait « tout va bien, a vous de vous détendre sur le sujet », et moi, évidemment, j’étais révoltée.
      Au bout d’un an, elle m’a fait l’ordonnance avec la totale du glamour: spermogramme, test post coïtal, etc… J’ai vu la liste, j’ai dit « jamais de la vie, j’ai 25 ans! Je ferai ça a 40 ans si vraiment je n’ai pas d’enfants. En attendant, j’oublie toutes ces conneries, je ne suis pas si pressée finalement, j’ai des années devant moi pour tomber enceinte »
      Je suis partie en vacances, et juste avant j’ai jeté l’ordonnance à la poubelle.
      Je suis tombée enceinte 2 semaines après, en Sardaigne.
      Inutile de préciser que pour le deuxième, je suis tombée enceinte plus vite que mon ombre 😉
      Je pense que ça résume pas mal le lâcher-prise… Dont on a besoin, finalement, tout le temps, une fois qu’on est devenue mère.
      (Oups, ça fait plus que 5 lignes. Désolée…)

  5. Moi qui avais peur de mourir pendant l’accouchement et qui avais angoissé pendant toute ma grossesse je me suis rendue compte que j’étais heureuse de sentir mes premières contractions. J’ai passé ma soirée détendue avec mon chéri à regarder « hot shots » 1 & 2 en attendant que mon col se dilate. Même pas peur !

  6. Quand au bout de 29H de travail, dilatation complète depuis 2 heures, on m’annonce une césarienne. Quand, dans la salle d’opération, on ne peut pas la poser trop près de moi à cause mon herpès labial développé 3 jours avant.Quand je l’allaite en portant un putain de masque. Tout ça après une grossesse agrémentée de diabète gestationnel et de PUPP (genre d’exéma géant ambiance poil à gratter qui te donne envie de t’arracher la peau). Je crois que porter et mettre au monde un enfant c’est lâcher-prise en soi. (Bon en l’occurrence avant d’entrer dans la salle de césa mon lâcher-prise c’était plutôt : OK, je vais crever, restons calme pensons au bébé »)

  7. Lâcher prise … juste après un jour de l’an il y a 2 ans environ. On s’est dit allez bim! on enlève la capote et on essaie de faire un bébé alors qu’on vient à peine de monter notre entreprise, d’emménager en Aveyron et qu’on ne sortait aucun salaire de notre boite et qu’on avait rien à côté pour voir venir. On s’est dit :  » bah de toute façon, ça va mettre du temps tout ça!! » et RE bim! one shot!!! comme a dit mon mari : 9 mois plus tard, un pti Erwann était parmi nous! (depuis on a fermé notre boite, on est reparti à 0 : on est des ouf guedin!!!)

  8. Après un premier accouchement option pack plus confort ponctuer de « non madame faites moins de bruit vous aller faire peur aux autres mamans » » non madame ouvrer les toilettes il faut sortir! » mon deuxième est né en plateau technique dans le respect, mais les vieilles rengaines sont tenaces je n’osait faire de bruit, jusqu’au moment au ma sage femme, ma dit « crie, chante hurle si ca te soulage » <3<3<3 sans péri j'ai lâcher prise 😉

  9. Un vaste sujet que tu nous offres là Marion !!
    J’ai toujours eu du mal à lâcher prise (encore aujourd’hui mais je me soigne ;D) !
    Pendant ma grossesse j’ai été hospitalisée à 26 semaines pour Menace d’accouchement prématuré… Nous venions de déménager, il y avait encore pleins de cartons et rien n’était acheté pour les enfants. Je n’ai pas eu d’autres choix que de lâcher prise, de laisser mon conjoint gérer l’aménagement de la maison, la préparation de la chambre, je n’ai pu rentrer chez moi que deux jours avant la naissance. Pour trouver une maison qui ne s’était pas écroulée, une chambre d’enfants opérationnelle, un side-bed fabriqué sur mesure par mon homme.
    Les enfants sont notre meilleure façon d’apprendre à lâcher prise, chez nous ça a commencé dès la grossesse et ça continue (encore encore .. c’est que le début d’accord, d’accord .. !!).
    Merci pour ces cadeaux que tu nous offres ! (ou que tu nous fais découvrir pour les moins chanceuses !)

  10. Je suis en salle de travail, je pousse, je pousse, je m’arrête, regarde les draps, regarde la sage femme et lui dit « je suis désolée, j’ai taché vos draps »….comme quoi même dans ces môments là, lacher prise est difficile. Un jour peut être j’y arriverais…merci pour cette prise de conscience en tout cas.

  11. L’anecdote a 7 mois, c’est une princesse- belette ; après plus de 3 ans d’injections, de contrôles, de fiv, de douleurs, d’attente, d’échecs, ma tête et mon corps ont dit stop, basta. J’ai alors tout balancé, les médocs, les contacts des médecins, la paperasse et le peu qu’il me restait d’espoir. J’ai lâché prise avant de tomber. Et je suis quand même tombée… enceinte, en amour ; finalement, ma plus belle prise 🙂

  12. Le lacher prise sur lequel je travaille c’est sur le fait d’arrêter de répondre pour ma fille, pourtant une petite voix dans ma tête me le dit mais ça sort trop vite de ma bouche…je ne peux m’empêcher de lui répéter les consignes du médecin lors d’un examen alors que ce n’est pas à moi qu’on parle…bref je me soigne et je vais y arriver, ou bien c’est elle qui finira par me remettre à ma place, voilà 🙂

  13. Bonsoir !

    Pour ma part, c’est un jour après une semaine de sport intense et d’alimentation équilibrée, je me suis lâchée sur une bonne raclette entre amis et je n’ai même pas culpabiliser ! Alors qu’en temps normal, j’en aurais fait tout un plat..

    Merci beaucoup !

  14. Le plus grand lâcher prise : accepter que pendant 9 mois je ne déciderai plus rien de draconien pour mon corps et que je ne deciderais plus rien pour lui tout court !

  15. Salut!
    Chez nous, le lâcher prise est représenté par…Un matelas en 90cm posé à même le sol. D’abord dans notre chambre et depuis peu dans celle d’à côté, nous avons rapidement compris que pour le bien être de chacun, le lit à barreau serait inutile. Je rejoins chaque nuit mon fils sur ce matelas, pour des tétés plus ou moins longues, plus ou moins nourrissantes mais toujours pratiques. Et la preuve de notre lâcher prise??? Notre indifférence face à l’hystérie familiale que crée ledit objet 😉

  16. Je participe bien volontiers justement parce que j’ai fait un article aujourd’hui sur ma quête de la zen attitude.

    Pour l’anecdote, quand je suis tombée enceinte, mon Pruneau a soudainement décidé que non, il voulait plus de bébé, ou alors dans 6 mois, peut être. Notre couple a failli se terminer là et puis un jour je lui ai dit « écoutes, c’est pas grave, je ne te demande rien, je vais gérer toute seule, ça ira ». Nous venons de passer l’écho des 3 mois, il m’appelle 10 fois par jour, et il a des larmes dans les yeux quand il parle de « son fils ». Il avait juste besoin que je lui lache la grappe, un peu.

  17. Apres mettre controlé pdt plusieurs mois (5 longs mois d’angoisse d’accoucher prematurement), j’ai lacher prise !! Je suis arrivée a la mater tout sourire, entre deux contractions, bien sur !! Quand ma petite sage-femme m’a annoncé : « t’es a 9 cm, pas de péri !! », il a bien fallu se lacher ! J’étais fier d’avoir reussi ! Reussi a faire un bébé en bonne santé, accoucher a terme et sans « surplus » medical en 40min chrono !! Apres ça, j’ai continuer a me lacher sur l’allaitement ! 12 mois pour ma fille, 18 mois (en cours) pour mon fils ! Je n’écoute que moi sur ce coup là ! Pas d’influence qui me, nous pollue ! Je me lache quoi !!!

  18. Quand ton bébé veut tes bras et rien que tes bras parce qu’il ne t’a pas vue depuis le matin… lâche prise, prend le et cajole le jusqu’au soir – le dîner attendra. Quand ton bébé ne veut pas faire la sieste alors qu’il est fatigué… lâche prise, et regardez un dessin animé tous les deux en câlinant. Quand ton amoureux voudrait te parler alors que tu pars travailler, lâche prise. Tu arriveras 5 minutes en retard mais tu l’auras écouté. Quand ton coeur te dit : « ils ont besoin de toi », lâche prise, lâche tout et va les rejoindre. Rien d’autre n’est important.

  19. LACHER PRISE après 4 échecs de FIV et 6 ans d’attente, puis tomber tout naturellement enceinte. LACHER PRISE pendant cette grossesse en acceptant de n’écouter que son corps et ses besoins. LACHER PRISE pendant l’accouchement en oubliant la douleur et les dégâts à la vue de ce mini-moi. LACHER PRISE au regard des autres et au bordel qui s’accumule autour de toi, pour ne gouter qu’au bonheur de te tenir dans mes bras. Pour moi, ETRE MAMAN est synonyme de LACHER PRISE.

  20. On m’a toujours considérée en surpoids (même quand je ne l’étais pas, avec le recul). Après l’accouchement, j’étais non seulement en surpoids mais aussi toute distendue (comme la plupart des jeunes maman, bien sûr). Mon corps avait beau être plus moche qu’avant, je me suis mise non plus à m’en désintéresser, mais à aimer ce corps qui avait tout ce qu’il fallait, qui était capable de porter, mettre au monde, alimenter et câliner mon enfant. Je ne sais pas si c’est du lâcher prise mais j’ai maintenant conscience de la chance que j’ai de l’avoir, ce corps.

  21. Je suis quelqu’un de pudique et assez réservée avec les inconnus. J’ai tendance à avoir honte facilement et « j’intellectualise » beaucoup les situations. Pourtant, le jour de mon accouchement, je suis (re?)devenue animale : j’étais complètement nue, j’ai beaucoup crié, grogné… La préparation à l’accouchement ne m’a finalement servi à rien : mon cerveau s’est débranché tout seul et j’ai ressenti les choses au lieu de les penser.

  22. septembre 2013 : MiniCrevette nous rejoint. mais Première Crevette, du haut de ses 19 mois, décide de s’arrêter de manger pour protester. juste 1 bib le matin et 1 compote au goûter pendant 1 mois et demi.
    Après avoir tenté tout ce qui est possible pour la faire manger un peu, après avoir été angoissée, énervée, stressée, en larmes et fatiguée, j’ai décidé de la laisser gérer. pendant 7 mois elle n’a mangé que des pâtes et des knackis et éventuellement un yaourt de temps en temps. puis petit à petit l’appétit est revenu. aujourd’hui elle mange toujours très peu (et que si elle en a envie) mais elle est pleine de vie et c’est ça l’essentiel. arrêter de se prendre la tête et profiter des moments ensemble sans s’énerver, c’est ça mon lâcher-prise!
    ps: la petite a eu les mêmes soucis alimentaire, mais maintenant elle est devenue un ventre sur pattes!

  23. Avant j’étais obsessionnelle, maniaque, je planifiais tout (et tous), je ne supportais pas la moindre dé-organisation… je ne voulais pas d’enfant car trop bruyant, trop remuant, trop tout quoi! Je ne lâchais rien…une fille « chiante », en fait.
    Depuis 23 merveilleux mois, je regarde avec un sourire ébahi une extraordinaire petite Choupette atomiser mon appart., mon Ipad, mon sac à main, mon maquillage, toute ma vie… pour mon plus grand bonheur!
    C’est mon premier, mon seul et unique, mon merveilleux LACHER PRISE.

  24. J’ai lâcher prise le jour où j’ai compris que la SF que j’avais était fixé uniquement sur ma courbe de poids, et non sur la santé de mon bébé ou de la future maman que je devenais … Plus elle reste figée dans cette courbe de poids dites « idéale », plus je lâche prise sur tout ce corps médical auquel je n’ai pas confiance, auquel je ne crois plus, malgré le fait que ma grossesse soit considérée comme pathologique due à une maladie … Alors le lâcher prise m’a fait un bien fou …

  25. Enfin au bout du 3 ème enfant j’ai compris qu’il fallait lâcher prise! (oui je suis longue à la détente! mdr) et en fait je me rends compte du résultat ça se passe mieux que ce que j’imaginais ; allaitement, portage, éducation…Bref j’avais tout faux avec mes deux grands…Comme quoi on est jamais mieux servit que par sois-même dans la majorité des cas! Et vaut mieux tard que jamais! (bon j’arrête avec les proverbes moi)

  26. le « lacher prise »??? il y a un tout petit peu plus d’1 an… « nous » (mon homme et moi) avons accouchés de notre petit Gabriel sur le canapé…juste nous 2,en toute intimité (ce n’etait pas prévu,mais Gaby n’a pas su attendre..LOL),le plus beau des lachers prises…moments magiques et inoubliables..1ère mise au sein dans le camion des pompiers lors du transfert a la maternité et depuis toujours aussi « goulu du téton »..

  27. Le week-end dernier au cirque, mon Noa deux ans sur mes genoux.Il y a du monde je fais attention a ses pieds et ses mains (il a un jouet lumineux qu’il agite en guise d’applaudissement.) A l’entracte Noa veux téter en s’installant il donne un petit cou au papy devant qui se retourne et dit méchamment « t’es un dur toi je vais te couper la jambe tu vas voir. « A partir de se moment la plus de prise de tete mon fils a fais ce qu’il veux et papy aigris a eu son compte de coup de pieds et de jouets et a même pas rebroncher, non mais!

  28. Le jour où ma belle sœur est décédée, si jeune, si brutalement, j’ai compris que la vie était trop courte pour voir le verre a moitié vide! Aller de l’avant, savourer chaque moment, rire, vivre… C’est encore plus vrai depuis que belette est là! Et c’est ce que nous essayons de lui transmettre…

  29. Hiver 2010…enceinte de 5 mois, je flippais grave ma race sur les kilos que j’avais pris (ma mère m’a rassuré « moi, j’en ai pris 25! t’es large, ma fille ») Alors quand j’ai vu les fêtes arriver (et mon versaire, la bonne idée d’être née le 25 Décembre!) je me suis « de la merde, j’adore cette période, les chocolats, le foie gras, le saumon, la bûche, le boeuf, la vache et le veau (faut pas séparer les familles), je vais pas me priver pour 3 pauvres kilos sur les hanches! » Résultat? Pesée du mois Janvier, +6kg

  30. Accepter de mettre mes enfants à l’école, pack « tout-en-un » du lâcher-prise: ne pas défoncer la gueule de l’atsem qui a tiré l’oreille de l’enfant, ne pas le déscolariser qd il me balance « je vais mettre mon doigt dans ton cul » après la classe, le laisser manger à la cantine « pas-bio », se retenir de corriger les fautes d’orthographe sur le panneau d’affichage, ne pas camper le parking en attendant la sortie ciné pour faire souffler le chauffeur dans l’éthylotest …

  31. Mmmh j’ai réfléchi longtemps avant de poster ce commentaire. J’aime pas lâcher prise, ça n’est pas dans ma nature et parfois je me filerais des claques pour le faire vraiment. Alors la seule fois où j’en ai vraiment fait l’expérience c’est quand j’ai abandonné l’idée d’avoir un jour une figure paternelle idéale à mes côtés. Il m’aura fallu un bon nombre d’années mais j’ai aimé le calme et la sérénité que cela m’a apporté. Et aussi tout ce que ça a débloqué en moi. Et je te remercie de me faire réfléchir à tout ça !

  32. lâcher prise… avec un homme jaloux compulsif, la pudique que j’étais alors a dû apprendre à faire caca la porte des toilettes ouverte. « tu vois bien que je ne profite pas de ma pause sur le trône pour communiquer avec un amant depuis un téléphone portable caché dans la cuvette!!! » et je vous jure que c’est du vécu! il a énormément changé depuis, il a fait bcp d’efforts, mais moi maintenant j’ai l’habitude…

  33. Quand je rentre du boulot exténuée ,que l’enfant est bien décidé à ne pas se nourrir de la soupe que j’ai sagement envisagé pour elle,que la maison est cradingue,les machines pas faite,l’evier nauséeux et l’homme cavernique alors je lache prise j’invite tout le monde dans notre lit pour une chocolat party 🙂

  34. la semaine dernière, ma puce de 2 mois (bb2) a fait ses premiers vaccins, elle hurlait. La docteur m’a demandé si elle avait une susu, je lui ai répondu « non, elle ne prend que mon sein », et j’ai sorti le matos, première fois « en public » pour moi, j’ai laché prise, j’ai accepté mon corps, et le faite que cet acte soit naturel. Première fois alors que bb1 est toujours allaité et a 2 ans et demi… il m’a fallut du temps, mais je crois que je vais continuer l’allaitement à la demande et en public si besoin.

  35. Notre (mon conjoint et moi-même) lâcher-prise quotidien depuis 1 an maintenant : « pourquoi ? pourquoi ? pourquoi ? pourquoi ? pourquoi ?…. … …. »
    S. 3 ans 1/2

  36. Bonsoir, je partage un de mes lâcher prise pour avoir une petite chance de lire ce livre au titre très inspirant 🙂
    Il y a quelques mois j’ai tout simplement laissé mes 2 enfants (1 an et 3 ans) refaire la déco d’une grande commode qui trône au milieu du salon ! Ils ont fait le choix d’utiliser des gommettes. Ils ont adoré ! Et quel plaisir de les voir faire ! Ils continuent la décoration de temps en temps quand l’envie leur prend (et surtout dès que je recharge le stock de gommettes). Merci pour cette jolie parade de Noël (sans père Noël) !

  37. Lâcher prise c’est oublier qu’on peut se chier dessus en accouchant! Lâcher prise c’est emmerder le monde quand on suit son coeur en portant sa fille en écharpe (non elle ne tombera pas!).Lâcher prise, c’est accepter d’aller mal et les mains qui se tendent face à ma difficulté maternelle.Lâcher prise, c’est d’avoir arrêter de tout intellectualiser et de réaliser (ENFIN au bout de presque 4 ans) que je suis fière d’être une maman pleine d’imperfections mais que pour ma fille je suis la meilleure des mamans.

  38. Je suis en pleine expérience de lâcher-prise; ça fait un mois et demi que mon Bonheur de fils qui se réveillait toujours aux alentours de 7h30-8h se réveille vers 5h du matin… 1 mois qu’on lutte pour le rendormir, pour ne pas qu’il prenne la « mauvaise habitude » de venir dans le lit de papa et maman… Ce matin, réveil à 4h50, il se rendort sur moi et ouvre grand les yeux aussitôt remis dans son lit. J’ai lâché-prise; j’ai besoin de dormir, il a besoin de dormir, le laisser pleurer ne mène à rien, au diable les histoires de mauvaises habitudes, ON VERRA ! Et pour l’heure, on fait dodo ensemble ! Quel bien ça m’a fait !

  39. J’ai lâché prise pas plus tard que samedi dernier. J’avais prévu d’aller au cirque avec ma fille et mon chéri à son retour du travail. Monsieur m’annonce au téléphone que le cirque ne lui dis finalement plus rien. Ma fille dans la maison qui a retiré son pyjama et qui coure tout nu dans la maison avec son sac à dos de l’école du haut de ses trois ans. Une fois chéri rentrait, je me suis fait couler un bain avec plein de mousse. J’ai enfin réussit à prendre du temps pour moi. J’étais juste la dans la baignoire la porte de la salle de bain fermer à clef. Du coup, c’est chéri qui a finit par gérer le repas et notre monstre de 3 ans.

  40. Mon plus beau lâcher prise… C’est quand au moment de la naissance de mon second, sans péri, j’ai senti son petit corps glisser hors de moi et que je me suis instinctivement penchée pour l’attraper et le poser sur mon ventre… Ça a rendu sa venue au monde encore plus magique !

  41. Lâcher prise… vaste programme… ce n’est pas mon fort… j’ai plutôt du mal en général… j’ai lu tous les commentaires, je sais que ton lectorat est principalement constitué de jeunes mamans mais c’est quand même impressionnant de voir que c’est nos chers petits qui nous ont bien souvent aidés à tout lâcher…
    Alors moi aussi, j’ai lâcher prise il y a 13 ans en accouchant de ma grande, déclenchée et sans péridurale, j’ai crié tout mon saoul auprès d’une sage femme respectueuse, j’ai halluciné de sentir autre chose que mon bébé quitter mon corps au moment de la dernière poussée ; la coquine, avec ses 4.5 kg a poussé tout ce qui la gênait sur son passage…
    11 ans après je m’en souvenais encore, la honte m’habitait, là aussi une super sage-femme à l’écoute m’a aidé à lâcher prise… au moment de la dernière poussée à la naissance de mon fils…
    Et depuis 2 ans, avec ce petit mec si différent de sa grande sœur (et de mes souvenirs) je lâche prise tous les jours : pour l’allaitement à la demande, les repas n’importe comment, les réveils nocturnes et surtout le coucher du soir JAMAIS avant 22 heures… pffffffff

  42. « tiens ,j’ai rêvé de toi cette nuit !! on s’embrassait !! »
    « tu sais je préfére qu’on reste amis , c’est mieux  »

    j’ai lâché prise un soir de novembre , en osant raconter mon rêve au mec qui me faisait baver …

    … c’était il y a 9 ans , aprés un pacs , une signature chez le notaire et 2 enfantements …
    je me dis que j’ai eu raison !!

  43. Quel sujet le lâcher prise! merci de nous demander de mettre nos mots (maux?) dessus.
    Avant hier j’ai réussi à lâcher prise. Enième dispute parce qu’en ce moment c’est pas folichon, on s’ennuie, on se croise, on s’éloigne. Alors on parle, beaucoup, on se promet, mais sans résultats. Il faut que le cercle infernal s’arrête, je suis asphyxiée par le quotidien, la routine, la colère, la rancoeur. Alors j’ai pleuré, pleuré, pleuré, et puis j’ai lâché, je me suis enfin blottie dans les bras de mon homme. Parce qu’on a pas fait tout ce chemin pour en arriver là, parce qu’une demoiselle dort dans la chambre d’à coté, parce qu’au fond, on s’aime. Mais on l’avait oublié.
    Merci Marion pour cette belle découverte!

  44. Bonjour
    vous avez le chic pour nous faire toujours découvrir de super trucs, avec vos concours, c’est génial ! Voilà ma participation :

    « Mon chéri, tu SAIS que chez mes parents c’est toujours le bazar, il y a des trucs qui traînent partout à portée de main de Simon, et ils sont toujours en retard. Tu ne pourras jamais rien y changer. Alors ne râle pas une semaine à l’avance, ne stresse pas, prends les choses comme elles viennent et pour une fois dans ta vie LÂCHE PRISE ! » lui ai-je dit avant qu’on parte fêter l’anniversaire de ma maman. Il m’a enfin écoutée. Ouf…

    (au fait mon pseudo facebook c’est agnes.viollet s’il faut vérifier)

  45. Je dirais, quand mon fils avait à peu près 6 mois. Je travaillais, il se réveillait plusieurs fois par nuit, je ressemblais à un zombi. Et puis j’ai lâché prise : plus de lumière, ne plus regarder l’heure, ne plus compter « il me reste 1h47 avant que mon réveil sonne, je vais encore être défoncée ! ». Et puis tant pis pour le boulot, mon fils est plus important, non ? J’ai continué à me lever. J’ai été plus zen. Et moins fatiguée. Eh ouai.

  46. Longue réflexion s’il en est, le lâcher-prise n’est vraiment pas dans mes habitudes. Mais récemment, j’ai accepté le fait que je n’avais pas les épaules assez solides pour supporter mon malheur et celui de ceux à qui je tiens. Alors j’ai commencé par prendre soin de moi. Pour pouvoir à nouveau prendre soin d’eux.
    Merci en tout cas de cette découverte, quoiqu’il arrive je sens que ce livre finira dans ma bibliothèque!

  47. Une anecdote autour du lâcher prise…. Le jour où j’ai laissé ma fille finir son shampoing avec ses excréments car 2ème fois dans la même journée… Maman extrêmement en dépression…

  48. Tiens, il reste quelques heures pour participer!
    Alors ici, le lâcher prise ne faisait pas vraiment partie de mon vocabulaire, mais bon, maman solo handicapée, j’ai du me rendre à l’évidence…j’allais mourir d’un ulcère si je n’apprenais pas. A ne pas culpabiliser autant, tout simplement, à me dire que faire de mon mieux, c’est déjà pas mal, m’adapter à mon fils et à notre situation et en tirer le meilleur, me concentrer sur ce que je fais, pas sur ce que j’aurais pu faire si je pouvais me dédoubler ou devenir supermum…Et ça fait du bien, bordel!

  49. Pour ma part, mon 1er lâcher prise a eu lieu quand chaque personnel de la mater me demandait si j’avais des « gazs » à la suite de ma césarienne … et bien à la 1ère flatulence, j’en ai informé tout l’étage !

  50. Pour ma part, j’aime pas trop quand les extréments de bébé débordent et que j’en ai plein mes vêtements (ce qui peut souvent arriver), mais comme je veux HNIser n°3 bah, je suis obliger de passer outre les inombrables accidents de loupé (genre je cuisine et n° 3 les fesses à l’air me lache un caca liquide), alors je rigole au lieu de raler !!!
    ===> et puis je trouve que mon anecdote colle bien avec le titre du livre NAN !!!??? Bonne chance aux participants-es.

  51. Bonsoir,
    Merci pour ce concours 🙂 Petite participation de dernière minute.
    Mon anecdote de lacher-prise … Alors quand j’étais enceinte, j’ai pris des cours de préparation à l’allaitement, la sage-femme nous a dit qu’il fallait toujours attendre 4 heures entre chaque tétées, ce qui m’a été répété à la mater, ponctué d’un « sinon vous allez rendre votre bébé malade. » Donc bébé en pleurs à la maison, tu penses il avait faim, j’essayais d’attendre les fameuses 4 heures, je savais pas quoi faire, je me sentais nulle, et un jour, j’ai arrêté, j’ai écouté mon bébé, j’ai écouté mon instinct, je lui ai fait confiance, je me suis fait confiance, et j’ai donné le sein à la demande, et depuis 17 mois, tout roule !

  52. suis en retard…
    avoir acheté le dit bouquin de M. Finlay – le mettre bien en vue
    et puis merde …
    j’accepte mon caractère et mes larmes qui coulent à la moindre émotion.
    ce n’est plus moi que ça gêne mais les autres

  53. Pingback: Jours, mois, années… « Je suis une Seinte·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s