Echelle ouverte de la torture infantile

Les bébés et tout-petits ont une vie bien trop pénarde. On leur file à bouffer, ils font même pas les courses ni la vaisselle, on les héberge gratos, on lave leur linge, on les trimballe pour pas que ces jeunes messieurs-dames se fatiguent leurs petites guiboles toutes neuves, ils dorment autant qu’ils veulent, et leur seul souci c’est de se souvenir où ils ont pu foutre leur doudou.

En un mot, des branleurs.

Alors, histoire de rétablir un peu de justesse sociale entre les générations, et de les préparer un peu à toutes les emmerdes qu’ils vont subir dans les années à venir – relations diplomatiques avec l’employeur ou l’Urssaf, trouver un appart, subir les transports en commun et supporter leurs voisins – les membres du très officiel Comité National des Médecins et Parents Sadiques ont établi une petite liste non exhaustive de coups foireux à faire aux petits, de façon ponctuelle ou plus régulière, selon l’entrain général ou la dangerosité du geste. Faudrait pas les abîmer non plus, faut qu’ils soient en état de payer nos retraites, hein.

Le CNMPS s’est réuni récemment afin de mettre à jour la liste des tortures infantiles acceptables dans notre pays. Histoire de tirer un trait sur le supplice courant dans les années 70 qui consistait à ne pas anesthésier les bébés opérés, mais juste les paralyser. Ca faisait désordre.

Fervente défenderesse de l’information libre, je te propose un petit compte-rendu de leurs décisions. Pour toi, voici la liste officielle des 10 tortures autorisées dans notre pays, et quelques informations pratiques à leur sujet (notamment pour ne pas finir en taule ou dans les bureau de la Polisse).

# Donner la vitamine D ou K ou YZ à la pipette

En sortant de la maternité, en général, on a perdu quelques kilos de chair et de sang, mais on a gagné un poids équivalent en produits de pharmacie et en ordonnances. Non, non, le bébé n’est pas malade, pourquoi ? Le petit préféré des parents, c’est les vitamines à donner dans des petites pipettes trop choupi, qu’on enfonce entre la joue et la gencive façon canard à foie gras. Sans forcément parler des risques de convulsions ou d’intolérance à des substances mignonnes comme l’huile de ricin contenues dans certaines vitamines, il faut reconnaître que donner les vitamines, ça fait drôlement chier. Pas étonnant qu’autant de parents collectionnent les boites intactes dans le tiroir de la commode Winnie l’Ourson.

Astuce : ne pas donner de vitamine (ohhhhhhh votre médecin va vous faire les gros yeux et le labo pharmaceutique aussi) ou le faire à la cuillère, en position semi-assise. T’as déjà essayé de boire allongé ?

Note sur l’échelle de la torture : 3/10

# Couper les ongles

Le but de l’opération étant non pas d’offrir une superbe manucure à votre enfant, mais d’empêcher qu’il ne puisse t’ouvrir le visage à coup de griffes, tout en évitant les points de suture sur pulpe de doigts. Qu’est ce que ça peut saigner facilement ces petites choses. Faut bien tenir les petits boudinets, ça a tendance à bouger rapidement les bébés, et à pas franchement écouter quand on explique que bordel c’est pour leur bien qu’on fait ça et pas pour les emmerder. On peut aussi remplacer la moquette par du paillasson, pour qu’ils se liment les extrémités tous seuls. Pense par contre aux genouillères.

Astuce : lui couper les ongles quand il dort, option lampe de spéléo sur le front et langue sortie pour une meilleure concentration.

Note sur l’échelle de la torture : 3,5/10

# Laver les cheveux

Le shampoing, c’est bien. Ca permet d’enlever les morceaux de poisson pané qui collent sur la tête, de faire remonter les bouclettes et de se shooter à l’odeur du bébé sans les effluves de lait caillé. Bien sûr, il y a toujours un parent pour dire que « oh mon enfant il adooooooore que je lui foute de l’eau sur le coin de la gueule et même de la mousse dans les yeux il en redemande c’est formidaaaaable ». Et puis y a toi, qui te renseignes sur toutes les technique McGyver pour laver les cheveux sans faire pleurer le petit, qui reluques le rayon shampoing sec à la parapharmacie, et qui angoisses terriblement dès qu’une boulette de purée atterrit dans la chevelure de la progéniture. Tu as tout essayer, la visière pourrie que l’enfant refuse de mettre, les explications calmes, les explications moins calmes, le boycott du shampoing jusqu’à ce que les cheveux soient entièrement cartonnés… Tu commences à désespérer, contraint à la torture de salle bain tous les 10 jours maximum.

Astuce : passer ses mains humides dans la chevelure pendant que l’enfant boit conscieusement l’eau du bain dans une tasse Polly Pocket, puis le shampouiner sans passer par la case mouillage au jet de douche. Ca réduit le temps d’angoisse parentale et infantile. Certes, faut rincer après. En penchant bien l’enfant en arrière et en utilisant le jet de douche ou un bol, on vise mieux, on évite de noyer le gamin. Prévoir le gros câlin (voire le shokobon) à la sortie.

Note sur l’échelle de la torture : 5/10

# Couper les cheveux

Maintenant qu’ils sont propres et mouillés, tu te rends compte que ce serait nettement plus simple s’ils étaient un poil plus court. Sans compter que ça permettrait peut-être à ton enfant de voir où il fout les pieds. Tout commence par le démêlage : les noeuds à l’arrière du crâne, c’est classique, rapport à leur feignasserie et aux longues heures de sommeil sur le dos. Histoire de donner toutes ses chances à ton enfant de conserver ses deux lobes d’oreille ainsi que sa paire d’yeux, tu choisis de lui couper les cheveux avec ses petites ciseaux à ongles à bout rond. Bonne idée. Longue idée. En même temps, vu que tu peux couper environ 43 cheveux à chaque passage, ça limite les dégâts s’il bouge la tête de manière impromptue.

L’option aller chez le coiffeur est bien sûr envisageable, sauf si ton enfant est comme beaucoup d’autres enfants : incapable de piger ce qu’il va se passer et qui c’est ce grand monsieur qui me touche la tête, et hurle à en décoller les miroirs.

Astuce : Il n’est pas conseillé de scotcher l’enfant à une chaise avec du chatterton, ça peut filer des allergies cutanées, et après faudrait expliquer ça au médecin. Le mieux, c’est de le mettre devant une vidéo de camion, de chatons ou de bébés : ces petits êtres simples aiment les programmes simples.

Note sur l’échelle de la torture : 5,5/10

# Filer des bouffées à l’inhalateur

Seuls certains parents privilégiés d’enfants asthmatiques ou allergiques connaissent ce merveilleux joujou qu’est le BabyHaler. Un genre de gros bang pour bébé. Un objet simple et pas du tout flippant pour le bébé, vu qu’il est moitié aussi grand que l’enfant, et que le masque très bien adapté recouvre les trois quarts du visage, des paupières au menton. Le but : faire respirer calmement, comme si de rien n’était, pendant 10 à 15 inspirations, des trucs genre Ventoline.

L’enfant, pas con, il sent le piège. Il se débat. Il te fout l’embout dans la gueule. Tout le médoc se disperse dans la pièce, tu recommences, mais tu sais pas trop ce qu’il a déjà inspiré, alors tu remets la dose complète ou pas ?

Astuce : le shokobon est inutile dans ce cas-là, le visage de l’enfant est inaccessible. L’utilisation d’un adulte de diversion qui chante et danse la Carioca à côté est recommandée.

Note sur l’échelle de la torture : 6/10

# Mettre du collyre dans les yeux

***Cette entrée vous est offerte par le syndicat national des ophtalmos taquins***

Les petits, c’est tellement des feignasses qu’ils ont même pas un système immunitaire qui tient la route. Résultat, tu fous 3 gamins dans une pièce, t’es sûr qu’ils vont se refiler leurs miasmes en moins de 20 minutes. Et y a un truc fort fort super, c’est la conjonctivite. Et si t’es pas dans le trip lait maternel tueur de microbes super génial, tu as de grandes chances que ton médecin te propose un collyre. Ca parait anodin comme ça, hein, un collyre. Petite bouteille mignonne, petite goutte par ci, petite goutte par là. QUATRE fois par jour, et dans chaque oeil. Pour un traitement moyen de 8 jours, ça fait donc 32 possibilités d’aveugler ton gamin en lui enfonçant l’embout dans la cornée. Ah, sinon, on te le propose en pommade le traitement. Une pommade. Dans l’oeil. Sérieusement les mecs ?

Astuce : se mettre à 2, voire 4, pour tenir l’enfant. L’allonger par terre sur le dos, se mettre à califourchon sur lui, tenir les bras, et demander à l’autre adulte de viser une zone d’environ un demi centimètre carré alors que l’enfant hurle de peur. Soooooo facile.

Note sur l’échelle de la torture : 6,5/10.

# Laver le nez au sérum phy

Torture déjà testée et non approuvée ici.

Extrait : « Laver le nez de son bébé, en fait, c’est juste lui faire boire la tasse sans passer par la case mer, en lui projetant dans le nez toute une dosette de sérum à Mach 4. Tu penses bien que le bébé, pas con, il se laisse pas faire. Faut donc lui faire une prise de catch pas du tout traumatisante en le tenant fermement sur le côté, et avec ton 3e bras maternel imaginaire mais indispensable, lui tenir la bouche et la narine fermées pendant que le précieux liquide s’écoule par l’autre trou. Barbare. »

Astuce : le faire en position assise, ou opter pour le spray nasal. Et lui montrer tout plein de super vidéos d’enfants qui se mouchent, pour la stimulation, tout ça.

Note sur l’échelle de la torture : 7/10

# Faire un vaccin

Un grand moment de solitude parentale le choix de faire ou non tel ou tel vaccin. Mais ce n’est pas l’étape la plus difficile, finalement. Le plus dur pour le petit coeur de parent qui bat au fond de toi, c’est de voir ton gamin chialer devant toi parce que tu l’as emmené ici, quand bien même tu penses que c’est pour son bien. T’as juste envie de kickboxer le médecin et de fuir en courant avec ton bébé sous le bras.

Une sacrée torture qui commence généralement par une consultation classique, mise à poil, pesée, mesures, histoire de voir si ton enfant est BIEN DANS LES COURBES. Signe apparent que tu t’en occupes pas trop mal. Puis vient le moment de déballer la seringue. Tu te crispes. Tu dis des mots doux au petit… tu regardes pas non non non. Piqûre, injection, bébé grognon.

C’pas le médecin qui se la tape la bonne nuit de merde avec fièvre et pleurs après les vaccins. Putain.

Astuce : laisser le vaccin se réchauffer un peu pendant la consultation, pour pas que le froid ne fasse mal au bébé. Donner la tétée pendant le vaccin. Se renseigner sur les vaccins proposés avant de les faire.

Note sur l’échelle de la torture : 8/10

# La prise de sang / pose de perfusion

Là, c’est du sérieux. La torture que représente la prise de sang ou la pose de perfusion sur un bébé ou un jeune enfant est tout autant infantile que parentale. Même toi, là bas, qui as si peur du sang et des aiguilles, tu préférerais mille fois qu’on t’en plante une dans chaque veine plutôt qu’on le fasse à ton enfant. Sans compter que ce n’est souvent que l’ouverture des hostilités, en cas d’hospitalisation notamment. Limite tu repenses avec nostalgie à la dernière fois où lui as (mal) coupé les cheveux.

Souhaitant te préserver, ou simplement ne pas trop s’encombrer, nombre de professionnels préfèrent tout bonnement virer le parent de la pièce le temps de torturer un peu le gamin. Sache que tu as le droit d’exiger de rester à ses côtés.

Astuce : les câlins. Et les patchs EMLA, parfois. Et les câlins.

Note sur l’échelle de la torture : 12/10

***Comment casser l’ambiance***

(Respectez vos enfants. Bisous)

Publicités

18 réponses à “Echelle ouverte de la torture infantile

  1. Parce que t’en connais qui se rappellent où ils ont mis leur doudou??? Putain, c’est quoi leur truc? Le mien a 3 ans et demi et si j’entends pas 10 fois par jour « Mamaaaaan, il est où mon doudou? », ben…c’est qu’il est en vacances chez sa grand-mère!
    J’ai pensé à la greffe, mais je me dis que quand même, il aura l’air con, a 18 ans, avec son chien en peluche sous le bras…non?

  2. On risque quoi a pratiquer tout ça ? un procès dans 15ans ? je plaide coupable ! j’peux espérer une réduction de peine pour bonne conduite à postériori ?

  3. Pour le lavage de nez au serum phy je pratique le saucissaunage de l enfant dans un grand drap de bain ca permet de retenir les petites mains et jambes bien pratique !

    • 😀 « Saucissaunage » je fais la même chose mais pour lui brosser les dents…
      Bizarrement le lavage du nez, ma fille adore…

  4. au sujet des prises de sang, y’a aussi les infirmières super diplomate qui te propose de tenir ton bébé qui hurle pendant qu’elles essaient en vain de poser leur Put*** de perf et qui ont envie de te faire participer X( petites etoiles dans les yeux et fourmis dans les jambes assurée…

  5. Chez nous, laver les cheveux c’est à 13/10 sur la même échelle. Mon aîné supporte mieux la perfusion que le lessivage de tignasse.

  6. Tellement bon tout ça, j’en ai les larmes aux yeux! J’adore, surtout le lavage de nez! Ici les vaccins pour l’instant ça va encore bien (bébé a 14 mois) mais j’angoisse au moindre éternuement! Non pas le mouche bébé! Surtout que la pédiatre, bien gentille, me dit que pour prévenir les otites (mon fils en a déjà fait 3) il n’y a qu’une solution : nettoyer le nez de bébé! Ben oui c’est tellement simple comme solution :-S

  7. Il ne faut pas oublier dans les tortures à faire (ou plutôt à endurer) la technique du claping quand ton tout petit a choper une putain de bronchiolite de merde… On serait acquitté si on tue le praticien non ?

  8. Et bien pour une fois ce billet me file le bourdon, le babyhaler, les perfs, les hospitalisations, c’est ce que mon grand subit depuis l’âge de 3 mois, heureusement rien de « bien grave » mais suffisement pour briser mon coeur de maman à chaque fois, c’est bien d’en parler aussi, merci Mc Maman

  9. c’est rigolo , depuis que t’as ralé tu as des comm’ ! bref moi j’ai eu le droit à l’allergie huile de ricin .. par contre l’aspiramouking précédé de sérum phy ça c’est top top ! les zongles avec la ptite chanson aussi par contre …. les gouttes d’Atropine a mettre dans l’oeil 8 jours avant le RDV là sérieux … tu craques : j’explique 1 goutte dans chaque oeil matin et soir …. OK mais si le visage rougit, gonfle, l’enfant transpire c’est qu’il y a surdosage … la, tu deviens champion de kung fu 6iem dan pour couper la goutte en deux avant qu’elle atteigne l’oeil … ben oui t’as surdosé THE ultime goutte faut rectifier tout ça en diminuant la dose …. A toi d’essayer et tu me dis !! bisous de Kung Fu Panda (je pouvais pas ne pas a faire !)

  10. Si je puis… Y’a aussi l’étalage uniforme de la lotion solaire 😀 hurlement debattage et crise de pleurs assurés ! Tout ça sans pouvoir retenir bébé, bah oui il glisse grâce à la dite lotion qu’on a commencé à lui étaler sur les bras ><

  11. Merci, j’ai un fou-rire… Après une semaine avec mes 4 neveux et nièces de 6 mois à 4 ans ET DEMI (!), ça me parle plus que jamais…

  12. Moi mon fils je l’ai acheté avec l’option « modèle publicitaire »,c’est globalement plutôt facile, chanceuse que je suis, il y a même des tortures auxquelles je n’ai pas encore eu affaire. Par contre, moi aussi j’aurais ajouté la kiné respiratoire, je ne l’avais jamais entendu hurler aussi clairement « maman », c’est dire.

  13. trop drôle !!! le babyhaler je connais à fond depuis qu’il a moins de 3 mois (et il a 5 ans maintenant !!!) là où c’est encore plus top, c’est quand il a une vrai crise d’asthme et qu’il faut tenir 10 mn avec ça sur le visage !!!! à 5 ans ça va, mais à 8 mois la galère (trop petit pour le dvd ! donc je passais mes 10 mn à lui chanter des comptines !!! remarque l’avantage c’est que j’ai révisé tout le répertoire !!!! la kiné respi c’est top aussi !!!! finalement ça nous torture autant que nos loulous !

  14. autre astuce de prise de sang/ piqûre et autre vaccin (j’en ai enduré pas mal en tant que maman préma) exiger qu’on donne à ton tout petit une dose de sucre (pour le nourrisson jusque un mois ou deux c’est comme un shoot de morphine) et lui donner son pouce, ton petit doigt ou le sein à téter . Et bien sûr ne pas laisser s’approcher le soignant que tu sens pas ! Si toi tu le sens pas comment veux tu que bébé soit détendu de la couche et en confiance ? Mon petit guerrier a trop assuré et n’a jamais pleuré avec cette technique !

  15. Y’a pire que la perf’, il y a la ponction lombaire… Vu que l’association des pédiatres sadiques préfèrent les faire sans anesthésie… ( Ouais, le patch EMLA ça équivaut dans ce cas là à un pansement Winnie l’ourson sur une fracture ouverte du tibia… )

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s