10 astuces pourries de mère crevée

L’éveil, la stimulation, les jeux, les gouzi-gouzi, les corvées sorties au parc, les éclaboussures dans le bain, les cuillères-avion-ouvre-la-bouche… ça fatigue. Ca crève. Ca exténue. Ca vide. Bref, ça peut pas durer. Avant de se surprendre à affuter une cuillère à café pour s’énucléer les ovaires, on dit « pouce », bordel !

L’évolution naturelle a heureusement prévu le coup en inventant le concept de la sieste salvatrice qui permet aux parents de reprendre forme humaine et à leur pression artérielle de redescendre en dessous d’un tout à fait convenable 34/18.

C’est malheureusement sans compter quelques mignonnes petites erreurs de la nature qui trouvent la sieste diurne trop régressive et soooooo nourrisson pour eux. Une simple minute de silence en hommage à ces parents défigurés par les cernes ne leur serait pas bien utile. Alors voici plutôt 10 astuces pragmatiques substituts-de-sieste, qui, certes, ne vous laisseront probablement pas toujours deux bonnes heures tranquille, sauf si votre gamin est bien limité et assez monomaniaque, mais en gardant sous le coude ces quelques idées et en les juxtaposant, vous devriez avoir le temps de manger/prendre une douche/boire un café, voire de vous laver les dents/ranger du linge/ouvrir un bouquin.

#1. L’aspirateur

Le + : Soit l’enfant en a peur, et, placé entre vous et le dit grumeau, cet appareil électroménager ne libère plus seulement la femme, mais aussi la mère, qui peut prendre son café tranquille. Soit l’enfant adore le vrombissement du moteur 1800 Watts, et vous avez réglé le problème du ménage tout en gagnant quelques minutes de tranquillité.

Le – : Impossible d’espérer pouvoir passer un coup de fil pouffiesque, le doux bruit lobotomisant n’aspire pas que la poussière, mais vos neurones : migraine en vue. Et faudrait penser à apprendre à l’hériter à utiliser tous les petits embouts improbables restés dans le carton Darty, hein, les plinthes sont pas impeccables.

#2. Le smartphone

Le + : On peut toujours faire valoir le côté ludique de l’objet : apprentissage des nouvelles technologies, sons, couleurs… pour se déculpabiliser. Se donner un genre parent-qui-vit-avec-son-temps et avoir le sentiment d’élever un petit génie qui sait déjà allumer et éteindre la bête.

Le – : Découvrir une facture de 500 boules suite à des appels étranges passés vers le Guatemala, finir avec une sonnerie improbable entre Rihanna bourrée et les cloches de Notre-Dame, retrouver le téléphone mâchouillé au fond de la poubelle ou juste devoir en racheter un neuf tous les 4 mois (ou apprendre à décrypter un SMS entre les fissures de l’écran).

#3. Des nouilles crues

Le + : L’impression valorisante de fournir un jeu écolo à son enfant, lui faire découvrir le monde merveilleux de la bouffe de fin de mois difficile et le voir heureux comme tout assis par terre avec 3 tupperwares et une cuillère en bois – sans te ruiner.

Le – : Le peton qui croustille pendant 3 jours, même après passage de l’aspirateur. Les nouilles crues sont un mystère de la physique : elles deviennent invisibles à l’oeil nu (surtout sur un sol constellé de Lego) et attirent les semelles de chaussures.

#4. Un dessin animé

Le + : Revenir soi-même en enfance en redécouvrant les dessins animés Disney de notre enfance (et pas les merdes dessinées par des stagiaires parkinsoniens qu’on voit entre 4 pages de pub sur Gulli). Pouvoir facilement espérer 20 minutes de tranquillité, presque le temps qu’il faut pour vous épiler une demi-jambe.

Le – : Risquer de voir son enfant devenir accro à Bambi, le voir rire, gorge déployée, quand la maman meurt, et passer plusieurs heures par jour avec L’histoire de la viiiiiiieeeeeee dans la tête. Attention à bien choisir un dessin animé pour lequel il n’y a plus aucun merchandising disponible en magasin depuis 5 ans, afin d’éviter toute crise de larme suite à un refus de votre part d’acheter la panoplie complète du héros.

#5. Un paquet de chipsters ou une tablette de chocolat

Le + : Une astuce à emporter partout avec soi en cas d’alerte bébé chiant. Entre les apéros pour décompresser une fois l’enfant largué au lit le soir et les crises d’angoisse putain-j’aurais-jamais-dû-arrêter-la-pilule-j’en-ai-pris-pour-perpèt, on a tous à la maison un paquet de Chipsters (ou assimilés) et du chocolat (sous toutes ses formes). La paix à la portée de tous les placards.

Le – : Un léger risque d’obésité infantile ou de troubles du comportement alimentaire… à mettre cependant en balance avec un gros risque d’abandon sur bord d’autoroute à très court terme. Un budget chocolat qui deviendra rapidement incontrôlable si la progéniture se révèle aussi accro que les géniteurs. De petits soucis de traces de doigts sur le papier peint de la maison et le canapé blanc.

#6. Les tiroirs à culottes / chaussettes / caleçons

Le + : Permet de faire régulièrement le tri dans vos fringues et un peu de rangement par le vide (surtout si vous habitez au 2e étage et que la fenêtre de la chambre est restée ouverte). Pour une fois, le mystère de la chaussette qui disparait ne sera pas imputable à cette saloperie de machine à laver.

Le – : Risquer de voir votre enfant débarquer dans le salon, alors que vous prenez le thé avec une copine, avec un string Hello Vomi sur la tête. Non promis, c’était un cadeau d’anniversaire, pfiou, vous saviez même plus qu’il était là dis donc. Pleurer un peu votre mère en voyant qu’il a trouvé des culottes 4 tailles en dessous de la vôtre tout au fond tout au fond tout au fond du tiroir. Des culottes pré-grossesse.

#7. Le placard des casseroles

Le + : Apprentissage simultané de la musique et de la cuisine : vous mettez doublement toutes les chances de votre côté que l’enfant finisse par triompher dans la Star Ac ou MasterChef. Et ça permet à toute la famille de comprendre que non, la cuisine n’est pas la chasse privée de Maman.

Le – : Toujours penser à virer la plat en plexi qui traine au fond au risque de passer en alerte nettoyage balayette et à avoir une palette de Doliprane sous le coude : apparemment, les enfants ont un goût inné pour le boucan et les percussions. Ne pas oublier de bien fermer les autres placards environnants, ça pourrait rapidement tourner à « Allez hop on y va en route pour l’aventure, on y résiste pas » à la maison (ouais toi aussi t’as marché sur les plinthes de ton couloir, avoue).

#8. La gamelle du chat (ou du chien)

Le + : A même le sol, on évite la casse. Chat-connard ou Chien-idiot nettoiera lui-même tout le bordel étalé sur le carrelage autour de la gamelle, avec sa langue. Et c’est souvent la gamelle ou la litière : vous échappez au pire.

Le – : Votre gamin pourrait imiter l’animal de la famille et finir avec la même haleine que lui. Adieu le cododo, et bonjour le sein qui pue. Sans compter que nutritionnellement, pas certain que la gelée des émincés Whiskas soient recommandés par le Plan National Nutrition Santé. Faudrait vérifier dans le carnet de santé.

#9. La mamie (ou le papa, au pire)

Le + : Est-il vraiment nécessaire d’argumenter ? Vous passez le relai à une personne responsable et qui a priori n’essaiera pas de revendre votre enfant. Contrairement à la crèche, vous pouvez même en profiter le weekend, quand l’enfant est malade ou si vous ne travaillez pas. La mamie reste le must have printemps-été 2012 pour permettre de retrouver vie de couple et épanouissement personnel, mais en cas de défaillance grand-maternelle, un papa peut aussi faire l’affaire.

Le – : Vous pourriez payer très cher votre outrecuidante audace ! L’enfant va soit vous coller pendant 48 heures (nuits incluses) à votre retour, soit vous snober et réclamer sans cesse l’adulte qui s’est occupé de lui – pas qu’il veuille le voir, hein, juste pour bien vous emmerder.

#10. Le valium

Le + : Pratique, en utilisation flexible, pour vous ou pour l’enfant, selon le degré de fatigue de l’un et d’excitation de l’autre. En comprimé à gober dans un morceau de Knacki ou réduit en poudre dans la compote.

Le – : De vagues histoires de services sociaux, de risques sanitaires et de mère indigne qui peuvent éventuellement mener à la prison. Rien de concret, mais veillez à adapter la posologie.

Le congélo ne doit constituer qu’une mesure d’urgence !

Attention, un produit décongelé ne peut pas être recongelé.

Publicités

15 réponses à “10 astuces pourries de mère crevée

  1. Mon rayon de soleil de la journée, merci ! Les 10 en même temps ça empêche les rages dents ?? Hein, hein ??

  2. Je ne comprend pas pourquoi les rayons de jouets pour enfin sont pleins alors que j’en ai la preuve tous les jours:ce que les enfants veulent vraiment c’est des tuppers et des smart phones !

  3. Excellent !!! Merci McMaman pour ces quelques minutes de rire et pour ma part, de souvenirs! En effet, ces « instants magiques » de la petite enfance sont un peu loin pour moi car ma progéniture perso en est au stade « instants paniques » de l’adolescence dorénavant !!!
    N’empêche, je ne suis jamais dépaysée en venant par ici au milieu de vous toutes, jeunes mamans alors que je n’en suis pourtant plus une de mon côté, je n’ai vraiment pas l’impression de ne pas être à ma place …
    Chaque article (ou presque) est pour moi un nouveau bond dans le temps pendant lequel je me remémore à quel point c’était chouette, l’bon vieux temps quoi !
    Par contre, (et c’est là ou je peux avoir mon utilité par ici ^^) en échange de ces petits voyages à travers le temps je me dois de vous avertir …
    Si « petit enfant » correspond à « petit souci », dites vous que « grand enfant » rime avec …? Bah oui évidemment avec « grand souci », voilà pour celles qui l’ignoraient encore, c’est dit, vous z’êtes prévenues !
    Soyez sures que tout ces aléas et autres astuces ne seront bientôt plus que de (bons?) souvenirs et dans les « instants critiques » de votre (p’tit con d’)ado, lorsque vous y repenserez à ces choses, et bien vous vous surprendrez à penser « c’que c’était bien quand il ne causait pas encore, au moins ses pleurs je les décodait direct ce qui n’est souvent plus le cas avec son langage de d’jeuns d’aujourd’hui … c’que c’était trop bien lorsqu’il ne pouvait aller nulle part sans moi, au moins je ne passais pas des soirées à me ronger les sangs car le précieux est de sortie avec ses potes ou piiire, avec sa nouvelle petite copine …
    Aaaaah celle-là, je ne sais pas mais euuuh comment dire … j’la sens pas, mais alors pas du tout,

    Bref, vous avez compris ou je voulais en venir j’imagine !! Mdrrr

  4. Ici, on pourrait rajouter ce qu’on appelle avec l’Homme « l’Ultime Recours »… : la DS de Nintendo. Sur un gosse de 3-4 ans, le must absolu. A sortir en salle d’attente, dans un train, ou tout lieu où on est obligé de rester sans trop bouger. Mais attention, à sortir en dernier recours, sous peine de griller seulement les 30 premières minutes, le gnome étant blasé après, ou commençant à vouloir t’inclure dans le jeu ou demander ton aide. Ca coute moins cher qu’un Aie-phone, ou un aie-pad, y a pas de risque de factures bizarres.

    • Mais à utiliser avec modération! moi, une fois, j’ai utilisé le truc dans une salle d’attente où tout le monde est perdu dans ses pensées. seulement voilà, il se trouve que c’est un jeu qu’il pratique habituellement avec son père. Donc tout à coup : le plus gros mots de la terre emplit la salle, et croyez moi, clamé avec cette voix clair d’un enfant de quatre ans, ça fait son effet!

  5. je découvre ce blog, et j’adore…on aurait pas touché le même gros lot ? je suis pile poil dans cette période où je fulmine (heu… je couvre d’amour) mon petit loupiot ! J’ai déjà tenté pas mal d’astuces de ta liste, sauf les dernières, faut dire, bébé aime pas les knackis, mais la compote par contre….à méditer, dès qu’il me laissera 5 min pour y réfléchir !! merci pour les idées percutantes : là je l’envoie jouer dehors, au moins les cris sont assourdis par la neige environnante !!!

  6. Ah Ah Ah, a la parenthese du point #7 les (-) j’ai eclate de rire… je suis au boulot, c’est pas serieux… mais bon ca m’a rappele des souvenirs…

  7. Merci pour la mise en garde à la fin ahaha. Je me demandai si on décongèle, qu’on cuit au four et qu’on récongele après c’est bon ou pas?! Non parce que sur docti personne à su me répondre alors!signée docti or massif/ cycle 1 / 14 j glaires ok/ bb10 en route avec mon chou bidou

  8. Le must étant la mamie et le papi divorcés qui veulent chacun leur part de bébé, ça fait 2 baby sitters ultra motivés !

  9. je viens de découvrir ton blog et ch’uis déjà fan !…. merci pour ce billet qui reflète si bien la réalité et merci surtout de m’avoir fait rire aux larmes….. bravo

  10. Je découvre ton blog via le Petit Poison et… ben j’ai pas arrêté de rire en lisant ce billet.
    Ma douce fille chérie n’a que trois mois, mais visiblement les années qui viennent promettent d’être bien drôles…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s