Une p’tite journée enfant malade ?

L’enfant malade, Eugène Carrière (Musée d’Orsay)

Les parents salariés sont de sales petits privilégiés qui font tout pour se faire détester. Priorité pour les congés en période de vacances scolaires, bons d’achat pour la rentrée, arbre de Noël des enfants… on en oublierait presque le gouffre béant creusé dans nos dépenses depuis le dépotage. C’est honteux.

Et puis il y a ce Saint Graal : la journée enfant malade. Bon, t’as pas intérêt à avoir fabriqué un petit asthamatique, un malade chronique ou pire, avoir vécu de multiples démoulages, vu que ces royales journées de congé se comptent sur les doigts d’une seule main, moins deux. Donc malade, mais pas trop, genre maladie mignonne plutôt : varicelle, grippe, otite.

Trois pauvres journées par an pour rester auprès de ton enfant s’il ne peut pas aller à l’école,  à la crèche ou juste se démerder pour rester tranquillou sur le canapé à mater des dessins animés abrutissant en sirotant son bib réchauffé au micro-ondes pour le déjeuner.

Une journée garde malade donc, qui légalement concernent les deux parents, mais qui en pratique s’adresse nettement plus à Madame. C’est évident, un père est infoutu de préparer une pipette correcte de doliprane goût fraise chimique ou de ramasser des trainées de vomi entre le salon et la chambre. La capacité de tendresse et d’attention du parent est entièrement contenue dans le deuxième chromosome X, des études très très sérieuses financées par la LIM (Ligue internationale des machos) le prouvent.

Si Madame ne peut pas prendre sa journée – quota épuisé, réunion de domination marketing du monde imaginaire, soldes – et que le père ose prévenir sa hiérarchie pour lui annoncer qu’aujourd’hui, il ne pourra venir, les Dieux des Ressources Humaines se déchainent. Déjà que passés 27 ans, en gros, les femmes ne sont plus fiables sur le marché du boulot avec leurs envies de layette à tout bout de cycle, alors si les hommes se mettent à vouloir concilier vie de famille et vie professionnelle, on court droit à la crise ! (Ah, on me dit dans l’oreillette que… ah non, rien.)

Alors évidemment, jeune parent profiteur du système, on le sait, ton enfant te manipule, il n’est pas malade du tout, il vomit son pain au lait pour affirmer sa domination, il hurle en s’arrachant les oreilles pour te mater – ce n’est qu’un tyran capricieux. N’essaie donc pas de brandir sous le nez de ton supérieur hiérarchique un vil certificat médical volé ou fruit de la corruption de ton médecin traitant !

Trois conseils pour que ton entourloupe fonctionne et que tu puisses passer une journée bien pénarde entre deux insertions de suppo-dans-la-lune et lessives de draps diarrhéiques :

1. Demande à ton enfant d’éviter de tomber malade le vendredi ou le lundi, ça sent autant le weekend à la Baule que la bile séchée.

2. N’essaie même pas de faire croire que la gastro a frappé à ta porte juste pendant le pont du 8 mai, on ne lui fait pas à la Dirlo.

3. Ne dis pas que ton conjoint (ou plus souvent, ta conjointe) ne peut vraiment pas se libérer et que tu es contraint de rester chez toi pour garder ton enfant : dis plutôt qu’il (ou elle) est morte, mais que ça ira mieux la semaine prochaine.

Et surtout : ne te fie pas aux photos de mômes aux dents de lait manquantes qui sourient sur le coin du bureau de ton chef. Il a dû les louer, forcément, ou acheter les cadres préremplis, sinon il ne serait pas aussi con.

Publicités

9 réponses à “Une p’tite journée enfant malade ?

  1. AAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHH, même si ça fait une belle jambe, c’est rassurant de lire que c’est partout pareil! (au moins en Allemagne)

    Une fille qui a dû prendre une journée et demie de congés sans soldes l’année dernière pour garder son petitou laryngité/trachéité

  2. A ça je te répondrais bien que le chef, il a une femme, qui très certainement n’a jamais bossé de sa vie vu le salaire (et le caractère mega-macho) de son mari, et qu’en plus ses mômes ils ont plus de 20 ans, voire 30, ce qui lui a laissé le temps de tout oublier… Ah oui, puis c’est pire si c’est une femme, le chef, parce que ELLE, elle a toujours trouvé une solution, donc autant te le faire payer bien cher…

  3. Ces gens qui profitent du système, quelle honte! Moi je milite pour des journées chat malade. Je veux aussi 3 jours de plus de congé par an.
    Y a pire qu’un chef macho, c’est une DRH qui comprend pas pourquoi tu n’as pas pu poser à l’avance ton jour enfant malade (véridique, c’est la réflexion que s’est pris un collègue).

  4. Mdr, « … si madame ne peut pas prendre sa journée… soldes » j’ai rigolé toute seule (chut tout le monde dort).
    L’Heureux Elu épuise ses RTT pour s’occuper de la Petite Parlote, il sait magnifiquement doser le doliprane et nettoyer le nez de la miss… je ne vais donc pas me gêner… je pars. bosser ou… faire les soldes… !!! lol non en fait j’ai UNE (oui une) journée d’enfant malade… la Petite Parlote à intérêt à se tenir à carreau…

  5. Aaaah, de tous les prétextes qu’un employé peut avancer à son patron, l’enfant malade est incontestablement la meilleure. D’autant plus qu’il peut très aisément générer un nouvel arrêt pour maladie…..

  6. petite, ma fille n’était pas souvent malade et j’avais Mamydou à portée de vomi, donc, pas trop de problème… mais le jour où mon chat est mort (je l’ai trouvé raide dans ma cuisine en me levant), impossible de me rendre au boulot: ma fille et moi on a séché toutes les 2, pour pouvoir pleurer tranquillement toute la sainte journée et enterrer Minette au fond du jardin… c’est con comme histoire, mais le plus surprenant, c’est qu’ils m’ont pas fait chier au boulot pour cette journée d’absence… ptêtre que la secrétaire qui m’aimait bien a remplacé « chat » décédé par « mari »???
    sinon, évidemment, 3 jours par an pour enfant malade, c’est… ha je me censure moi-même, c’est pas beau ce qui m’est venu à la bouche…

  7. C’est trooooooooooooooop ça !!!
    Bon, dans le public, on en a 6, des jours. 😉

    Mais entendu encore récemment mon chef demander à une collègue, en plus du certificat médical, une carte d’identité de sa fille, pour être sûre qu’elle ait bien moins de 16 ans !!! (au-delà de cet âge, fini, les malades se gardent bien tout seuls, non?)

    Pour l’instant, je croise les doigts car poussinette-chérie-qui-vient-de-fêter-ses1-an n’a encore pas fait de grosse maladie vraiment grave (c’est pas mal le lait maternel, hein !) Qui c’est qui qui se fait ch… à tirer son lait au boulot, mais qui se l’est pas encore ramenèe pas avec les j enfants malades? Je les garde pour plus tard, gniark :p

  8. 3 jour par an.J’ai 3 enfants… faites le ratio… c’est la M….. dès qu’un virus s’invite à la maison…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s