Cher payé

Le temps des mères ne leur appartient plus. D’ailleurs, ta dernière montre Flick Flack est décédée sans que tu ne la pleures.

Quand on parvient encore à décider de l’heure de son plongeon dans le coma coucher, on ne choisit jamais celle du lever. Heure qui sera toujours, par définition, en décalage certain avec ton rythme biologique. Faire ce qu’on veut, c’est un genre de privilège nulliparien aboli par démoulage. Quand on a la responsabilité d’un autre être humain, on fait ce qu’on peut. Et on picole pour supporter.

On s’oublie un peu en chemin, un paquet de linge sale à la main, et un épi de 14 cm sur la tête, impossible de s’arrêter sinon le diner mal préparé va cramer ou le bain va déborder. On fait ce qu’on peut, on fait ce qu’on doit. (et on picole encore un peu.)

Non là, j’ai vraiment pas envie de vérifier si la digestion du petit est terminé, et là, surtout pas envie de m’assurer que le suppo s’est bien posé sur la lune. Et ta poésie, promis je te fais bouffer les 54 pages petits carreaux du cahier si tu me la récites encore une fois ce soir. Présentement, je préfèrerais bouquiner dans un bon bain chaud en attendant que le diner se prépare tout seul comme un grand.

Alors parfois, quand on n’en peut plus, qu’on a vidé le congélateur pour faire un peu de place, qu’on a épuisé les mamies disponibles, que la halte-garderie te rit au nez et qu’on se demande vraiment pourquoi on a songé un jour à vouloir  procréer, on se dit qu’il est temps d’aller souffler un peu loin des enfants. Mais quand on revient à la maison, ils nous font payer très cher notre outrecuidance.

Pour chaque heure égoïstement savourée, rien qu’à toi, rien que pour toi, 3 heures de supplice t’attendent, le cul moulé dans une couche et du chocolat autour de la bouche. Quelques dizaines de centimètres de machiavélisme en chaussons.

Tu l’as apprécié ta petite bière entre copines ? Je vais te faire la misère au diner ce soir, promis je bouffe ma soupe avec les cheveux et je te remaquille à la compote.

Tu as profité de ton après-midi shopping ? Je vais colorier moi-même le tshirt blanc en soie que tu as négligemment laissé posé sur le lit – avec le feutre indélébile pour CD volé dans le bureau de Papa.

Tu as pensé à moi quand tu te goinfrais de pop corn au cinéma ? Moi j’ai bien pensé à toi quand j’ai préparé une diarrhée explosive toute prête à sortir à 3h16 du matin. On dira que je te prépare une dent, hein.

Tu t’es bien reposée ce matin pendant que je me faisais chier avec d’autres gamins à écouter une histoire débile, assis en cercle ? Cette nuit, tu vas venir me faire 9 câlins, que j’étalerai soigneusement sur tes 9 heures de sommeil.

Alors tu hésites, tu t’enfermes dans ton rôle, car même si c’est usant, épuisant, éreintant – le prix à payer est parfois vraiment trop élevé.

Heureusement qu’ils sont mignons sinon on les revendrait sur le Bon coin.

* Body 24 malheureusement bien trop réaliste créé par Presque Parfait (cliquez sur la photo).

Publicités

7 réponses à “Cher payé

  1. Dormir? C’est pour les lâches!!!!
    Courage -_-
    c’est exactement ce que je me disais..si ils n’étaient pas aussi mignon les miens, je les aurai vendu depuis bien longtemps (ou donnés plutôt…)
    j’ai trouvé une solution cependant, la séparation: et HOP! retour à l’envoyeur!!!

  2. Tout à fait d’accord, c’est leur mignonnerie qui les sauve! Si il était pas auusi beau, y’a longtemps que j’aurais mis le mien sur ebay, voire dans une annonce « à donner même contre pas bons soins ». C’est vrai qu’après t’avoir massacré tes 4 dernières nuits, quand tu erres hagarde dans ta cuisine, le cheveu fané et la bave au coin des lèvres, ce petit manipulateur se jette sur tes jambes en disant  » Tu sais maman, j’aime bien quand tu es belle! » Et voilà, l’affaire est faite, tu oublies tout, tu fonds pire qu’un hollande tout mou…
    Mais t’inquiète pas, le soir même il remettra ça! Tu te rappelles pas d’un truc appris toute petite? « Tout flatteur vit au dépens de celui qui l’écoute ». Je sais pas si cette leçon vaut bien un fromage, mais au final, il paraît que ça vaut le détour…quand ils s’en vont, vers 35 ans…

  3. Quelle idée de prendre du temps pour soi!!!
    En lisant cet article, je ris, je pleurs (de fatigue….) C’est si vrai!
    Etre maman c’est merveilleux et horrible en même temps

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s