Putains de contes de fées.

Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants.

Tous les contes de fées terminent ainsi, comme si la pondaison (multiple de surcroît) était synonyme de fin de vie. Plus rien après. Le plus dur, c’était de se caser et de se reproduire, hein, après, plus aucun intérêt.

C’est quoi ce bordel ?! C’est à cause de ces contes de fées à la con que ceux qui pensaient à nous quand il restait une bouteille à finir dans le frigo et du saucisson dans le placard, ceux qui n’hésitaient pas à nous appeler, bourrés, vers 3 heures du matin, parce qu’ils savaient qu’on serait pas tellement plus frais à l’autre bout du fil et qu’une conversation forcément surréaliste pourrait bien avoir lieu entre deux vomitos, ceux-là mêmes qui nous envoyaient des photos de leurs vacances, forcément, on était dessus à chaque fois… bref, que ceux qui étaient nos amis pensent que notre vie est terminée, game over, depuis qu’on a accueilli un bébé sous notre toit.

On dit que l’arrivée d’un bébé change la vie. C’est une évidence, ça change tout, surtout ton teint et ton compte en banque, mais au final, ce n’est pas du seul fait du gigot tout neuf. Tout se passe en douceur, sans que tu t’en aperçoives, et un jour, quand t’as envie de te pendre avec le mobile du petit ou de te petit-suicider au Blédina périmé, tu te rends compte que ton répertoire est totalement obsolète. Une chance sur deux pour que tu tombes sur la grand-mère d’un ex-pote à qui il aura refilé son forfait bloqué 1 heure pour 49 euros par jour.

Tout commence quand tu annonces ta grossesse en commandant un jus de papaye bio et qu’une dizaine d’yeux ronds et rougis te scrutent pour savoir si c’est un accident ou si t’as vraiment fait exprès. Entre ceux qui sont alors encore étudiants, apparemment embauchés par le Petit Futé pour écrire un guide des meilleurs diplômes de Paris et petite couronne, ceux qui travaillent déjà mais juste pour le plaisir de pouvoir se pointer à des afterworks en costume Hubo Goss et serrer de la gueuze et ceux qui semblent encore coincés dans une faille spatio-temporelle, moulés dans leur tshirt du Club Dorothée, faut dire que la nouvelle fait l’effet d’une diarrhée explosive de nourrisson allaité.

Sur le coup, tout le monde est ravi (ou presque), mais au fil des semaines, tu ne vas plus aux soirées, désolée, hein, t’as gerbe et fatigue, et tout le monde se passe très bien de toi. Ton homme lui, se la joue Un p’tit dernier pour la route et se murge tous les soirs ou au contraire Papa en couvade et te masse extrêmement mal les pieds devant une série américaine. Ce putain de Zéro alcool pendant la grossesse, il t’aura fait perdre la moitié de tes amis. L’autre moitié, tu te seras fâchée avec, rapport aux hormones, tout ça.

Et à la naissance, un bébé, ça amuse 10 minutes, jusqu’à la prochaine régurgitation sur le polo Lacoste, mais entre les copines jalouses et les mecs qui n’en ont juste rien à carrer de cette paupiette hurlante, tu te retrouves vite seule chez toi, devant la saison suivante de ta putain de série américaine.

Au placard, voilà où tu te trouves. Tout le monde se dit que maintenant t’as ta petite famille, ton train-train, ta vie rangée comme cette fétichiste de Blanche-Neige ou cette feignasse de Belle au Bois Dormant, bref, que tu vis heureuse et prévois d’avoir beaucoup d’enfants. Et si t’as en plus cherché les problèmes en passant de l’autre côté du périph’ ou carrément en t’expatriant en Plouquie©, tu peux te toucher pour retrouver ton ancienne vie sociale.

Heureusement, dans ta solitude de jeune parent paumé, tu rencontres parfois des perles humaines – et souvent des parasites toxiques.

Bordel ! Enfanter, certes, ça te fout une sacrée montagne de responsabilités sur la gueule et t’évites donc de finir la soirée en coma éthylique (et puis merde, on n’a plus 19 ans, hein) mais pour autant, t’as pas perdu ton humour et ta personnalité en même temps que le bouchon muqueux !

Mais ça, les potes ne s’en apercevront que lorsque ce sera leur tour de pisser sur un bâtonnet ou de tenir la main de leur dame pendant l’accouchement.

A ce moment-là, tu m’en voudras pas, hein, je pourrai pas venir, j’aurai poney sur glace.

Publicités

28 réponses à “Putains de contes de fées.

  1. Bah ca c’est une « bonne » nouvelle pour la nullipare qui s’emmerde que je suis…
    C’est une foutue question de timing social!
    Au début, dans notre groupe d’amis, c’est clair qu’on ouvrait des yeux ronds à ceux qui nous annoncait leur premier chiard à venir, on les excluait meme – quasiment – pour ces questions de bouffe et de légumes pas assez lavés au resto et blablabla…
    Et la depuis quelques semaines, mon chéri et moi on est les derniers rescapés nullipares (je kiffe ce mot t’imagine pas!) eh ben franchement qu’est ce qu’on s’emmerde!!! Et qu’est ce qu’on est jaloux à crever…
    Mais bon, tous nous répondent la bouche en coeur et le vomi sur la blouse « Ca viendra hein!! »
    La question est: après cette faille dans le timing social, retrouve-t-on des relations normales avec nos amis? ou fait-on gentiment une croix dessus vu la différence d’âge entre nos morveux? (vu les embrouilles dues aux conseils pourris des mamans expérimentées…)

    • Passée la première année, je crois que les enfants jouent entre eux, ils s’en foutent de la différence d’âge… faut trouver des amis avec qui on s’entend bien en tant que personnes, et en tant que parents… Deux fois plus dur ! Mais y a des perles…

  2. je plussoie…. dans un sens, ca me « rassure » de voir que je ne suis pas seule à vivre « ça »…

    hier, je me suis rendue compte que la dernière fois que j’ai vu quelqu’un, c’était il y a environ 2 mois. la seule personne que j’ai vu, c’est mon homme…

    Voilà voilà… ^^

  3. Je crois que c’est la première fois qu’un sujet ne me fait pas rire… (ça n’empêche pas qu’il y a toujours ce talent pour les (gros) mots =))
    Ca me touche trop ça, de voir qu’il y a des amis d’avant et d’après… (Bon, heureusement pour moi, il y en a qui persiste dans le lien d’amitié…)…

    Mais, je vais partager tiens… ça exprime bien ce que je ressens!

    … Merci!

  4. Ouuh que ça me parle ! La réciproque est vraie également : depuis que ma fille est née, j’ai moins envie de festoyer. Et les gens m’énervent prodigieusement.

  5. Déprimant pour une personne sans enfant comme moi !! Par contre, j’ai l’avantage d’avoir des amis qui ont déjà des enfants, des grands même et certains majeurs, alors j’espère qu’ils ne nous fuiront pas le jour où on leur annoncera qu’on attend un bébé !
    Pour les autres amis, ceux sans enfant, ils sont très loin de moi, je les vois 1 fois tous les 5 ans alors avec ou sans petit, je pense que la fréquence ne changera pas, nos discussions par contre, sûrement !

  6. bah moi j’avais déjà fait le tri avant d’avoir ma puce donc les amis qui restent c’est comme la famille et ils nous invitent toujours a sortir,manger ect…et ils passent meme des fois a l’improviste!!!du coup ma vie sociale bah elle a pas trop changé!et merci mami de garder la ptite monstresse de temps en temps le week end.
    en tout cas l’article est bien j’aime toujoàurs autant te lire ne t’arrete pas!!!

  7. c’est sûr qu’il est difficile de concilier des soirées entre gens « avec mioches » et gens « sans mioches ».

  8. Merci 1000 mercis !
    C’est ce que je vis depuis 3 ans et plus! durant ma grossesse pour ma fille on avait nos amis quasi tous les dimanches pour le café même dès fois un peu trop mais c’était sympa, puis le 18décembre 2007 est arrivé et depuis ce jour là plus personne…
    Adieu les amis la vie sociale les sorties au derniers moment , parce que ces dis amis proposaient toujours de sortir en t’appelant à 19H00 pour se retrouver 30 min plus tard pas facile de se trouver une babysitt ( qui soit dit en passant a une vie elle aussi )à la dernière minute, ou de demander à mes parents (qui eux aussi ont une vie sociale).
    « Lâche un peu ta fille » oui oui bien sûr on en reparlera quand vous aurez des gosses et que je vous appellerai au dernier moment pour manger un bout ou aller boire un verre …
    Du coup on s’est lancé dans le 2ème, au final je crois qu’ils ont vu mon fils quand il avait 1 mois , et jeudi il va en voir 9 … bref
    heureusement que quand nos enfants rentrent à l’école on rencontre d’autres parents et on se sent beaucoup moins isolés !
    à chaque étape de vie ses amis

  9. Et c’est encore plus dur quand t’es parent d’un BABI qui même à 2 ans ne quitte pas tes bras, ne s’endort pas sans que tu passes plus d une heure dans la chambre à l’allaiter et l’endormir alors que tes invites t attendent pour manger! Et que ces mêmes invites qui « eux » n’ont pas d enfants te font des comparaisons a 2 balles avec d’autres amis dont le bébé « LUI » s’endort tout seul et qu’ il peuvent trimballer sans problème a gauche a droite et le font garder sans soucis! en attendant le « chiard » ne dors toujours on a toujours pas mangé et il est 23h30! Je comprends pas ils veulent plus venir manger à la maison..?

  10. Ma vie sociale est différente mais surement plus vraie, moins superficielle…j’ai rencontré quelques personnes « avec mioches » qui ont changé ma vie…en attendant que mes amies d’avant me comprennent à leur tour…est-ce inévitable? En tout cas, ça fait du bien d’être comprise 😉 Merci Mc Maman!

  11. Nous on commence à en être au stade où les copains qui nous avaient montrés du doigt commencent à pondre leurs mômes!!!
    A l’époque, on avait eu droit à « vous gâchez votre jeunesse!! » « vous foutez votre vie en l’air!!! », personnellement on m’avait lancé (après 5 mois d’alitement forcé) « bah ma vieille t’as pris 10 ans là!!! », après coup c’était « alors maintenant, vous regrettez??? »
    Aujourd’hui ils nous envient tous!!! Comme si finalement leur jeunesse à eux sans enfant n’avaient pas été beaucoup plus mémorable que la nôtre avec!!!

  12. Ouep, on retrouve une vraie vie sociale depuis que mes amies ont aussi des enfants! Depuis peu en fait… Heureusement on avait réussi à garder le contact en organisant des soirées jeux sans alcool chez nous… mais bon c’est moi qui me tapais toujours la vaisselle et le rangement

  13. comme me disait fort justement une amie (qui me reste oui mais à plus de 700 bornes) et qui vient juste de pondre : « la grossesse, l’accouchement, la naissance tout ça ils te vendent le concept mais quand ça t’arrive tu te rends compte que c’est juste un gros mensonge » et en plus t’es toute seule comme une grasse connaffe à chialer devant tes vergetures parce que non tu ne te plaindras pas de ton enfant « c’est que du bonheur »!

    Allez, big up Mcmama!

  14. Tellement vrai tout ça.

    Quand je regarde mon portable et mon répertoire un peu rempli, je me dis que ça sert à rien puisque personne n’appelle jamais.

    Ah si je mens : le pédiatre car il peut pas me prendre en rdv comme prévu, VertGauret car ma commande est annulée et basta.

    Quand on fait des nains, on est contagieux, c’est une maladie. Faudrait pas que ça se refile ce machin, t’es pas hype.

  15. et tu me fais penser à une autre amie nullipare (oui j’ai 2 amies) à qui j’ai balancé tous les bons comme tous les mauvais côté de tout le tralala de la parentalité (côté maman et côté papa) et qui m’a remercié de lui avoir dit qu’être maman c’était super difficile….toutes ses autres potes lui avait « vendue » le concept du conte de fée….conaffes va!

  16. trop trop vrai tout çà ! et pourtant j’avais bien réfléchi avant, histoire de pas tomber de l’armoire… bon à chaque étape de la vie ses misères, ses joies et ses proverbes hein ?
    avant j’avais « un peu de tout, de tout un peu », maintenant c’est plutôt « essaye de changer ce qui peut l’être et acceptes ce qui ne peut pas l’être »… et puis je pratique la respiration ventrale pour ventiler mon cerveau 😉

  17. Je vais partager tiens, des fois que ça fasse tilt dans la tête de certains… En tous cas c’est exactement ça, et en plus pour moi c’est mon déserteur de mec qui se les est gardés les potes. Bon débarras tiens, ça devait pas être des vrais.

  18. Avoir un héritier ça peut avoir du bon, ça peu servir de justificatif à une totale absence de vie sociale.
    A ce niveau c’est très pratique. Plutôt que de dire qu’une soirée me facilite grandement le transit intestinal, je prétexte que le Ty Kiwi ne fait pas encore ses nuits et puis qu’il va beaucoup pleurer s’il entend trop de bruit : c’est tout de suite plus correct.

  19. Ton article me parle vraiment… Et tombe pile à un moment de ma vie ou j’en arrive à avoir du recul sur tout ça.
    Mon meilleur ami depuis plus de 10 ans, que je voyais quasi quotidiennement avant d’être enceinte, a soudainement disparu du paysage et je ne l’ai vu que deux fois entre l’annonce de ma grossesse et les six mois de ma fille. Il a d’ailleurs fini par m’assener ensuite via internet un sympathique « avant tu étais quelqu’un d’intéressant, maintenant tu es une… une… une mère de famille, tiens! ». Autant dire qu’on a arrêté là toute communication depuis, à mon initiative. C’était il y a un an. Et hier soir, petit texto « Je tenais à t’apprendre que je vais être papa, personne dans mon entourage n’est encore au courant. Tu es la première de mes amis à le savoir. D’ailleurs, tu es la premiere de mes amis tout court. ».
    Va te faire foutre, pour voir?

  20. ça m’angoisse un peu ce que tu dis là. Et d’un autre côté ça confirme ce que je ressent…. et ça me permet aussi de relativiser, et d’accepter certaines choses.
    De mon côté, mes amies sont très contentes, surexcitées….entre celles qui attendent ça pour elles avec impatience et vivent mon bonheur par procuration, et celles qui n’ont pas tellement hâte pour elles mais sont aussi de vraies vraies amies, j’ai de la chance.
    Mais en ce qui concerne le futur papa et ses amis à lui, c’est plus dur. A peine 3 mois de grossesse et on a cette sale impression d’être mis à l’écart. ça avait commencé après l’annonce de notre probable futur déménagement, mais là c’est pire. Que des couples avec des filles plus vieilles que moi qui n’attendent que ça….alors forcement, on ne nous approche plus trop. Jalousie tout ça.
    Dur pour le monsieur! Heureusement, au bout du tunnel il y a le changement de région, la nouvelle vie. Là on aura une VRAIE explication si on ne voit plus grand monde. On se fera de nouveaux amis avec une vie plus proche de la notre….j’espère….

    bref… je raconte ma vie.
    Mais là ça me parle déjà….

  21. très vrai!
    en attendant je trouve aussi que les jeunes mères boycottent leurs amies qui n’en ont pas en se disant « oué c’est plus la même chose, y’a moins de trucs à partager qu’avec des mamans ».

  22. C’est triste, mais c’est tellement vrai.
    Le coté sympa, c’est que je n’ai jamais autant vu ma famille du coup … Eux, ils sont ravis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s