La garde-robe d’une jeune mère

Le burn out, parfois, il n’est pas que dans la tête de la jeune mère, il est aussi dans sa garde-robe.

Des restes de jeunesse, des restes de grossesse, pas grand chose de bien nouveau… un genre de vide-dressing de quartier un 21 juin.

D’ailleurs, tout le bordel est bien souvent exposé sur cintres dans le salon, en tas sur la commode (tu te souviens vaguement qu’elle est en bois…) ou sagement oublié dans le bac à repassage. On ne peut se résoudre à faire le tri (on sait jamais, un gamin est vite arrivé) et à tout ranger dans le grenier.

Y a de toutes les tailles, toutes les coupes, toutes les modes, pour parer à tous les extrêmes, du Cache-moi ces dindonneaux qui te servent de chevilles au Mais il est là depuis quand ce troisième bourrelet sous la fesse. Tout le bestiaire y passe, des pis de vache à la méduse ventrale, baudruche mal dégrossie, aux vergetures zébresques et aux gras de bras digne d’un lombric sumo. Normal tu me diras, pour accoucher d’un gigot.

Et comme toutes les mères, t’as déconné pendant la grossesse. Ces vêtements que tu te plaisais à mettre enceinte genre Ah c’est extensible, Tiens je rentre encore dedans, dis donc, tu t’en souviens ? Ouais, ça s’est bien détendu, et maintenant c’est juste immettable. T’étais fière de rentrer dans tes culottes féminines jusqu’à la veille du démoulage, bah tu peux en faire un parachute maintenant. Classe le parachute, of course, avec dentelles et petits cœurs.

Les tiroirs et l’armoire dégueulent de vêtements d’avant-grossesse, pas trop d’après vu le temps que t’as pour faire les magasins. De toute façon, entre la poussette qui passe pas dans les allées et arrache tous les cintres de devant, le petit qui attrape tout ce qui est à sa portée – Oh la jolie pile par terre (je pousse du pied et hop, planquée), ou le dilemme de l’essayage avec un bébé porté (par terre avec la crasse ou dans les bras de la vendeuse à triple épaisseur de fond de teint ?), c’est juste une opération impossible. Tu peux toujours tirer la carte Shopping avec le mari qui tire tellement la gueule devant le magasin que tu sors direct genre J’ai rien trouvé de peur qu’il se jette dans l’escalator pour abréger son calvaire. Moi je préfère m’habiller avec mes sacs.

Pendant plusieurs mois après la naissance du précieux, tu conserves amoureusement ces attributs incontournables de la grossesse dans ton cœur, comme ce legging qui demande grâce et qui bouloche entre les cuisses – porté 3 jours sur 4 pendant 8 mois – ou ces robes de nuit tellement amples que tu t’enroules dedans dès que tu te retournes dans le pieu.

Bref, ta garde robe, elle ressemble un peu à ta vie sociale : à rien.

On nous torpille le cerveau avec des conneries de « mère mais femme en même temps ». Ouais. Déjà, on essaie de pas se suicider au petit pot Blédiprout dépoppé depuis plus de 48h, alors pour le total look Amour Gloire et Beauté, on attendra que le précieux daigne nous laisser dormir / nous laver / entrer dans un magasin / dépoussiérer la carte du club de gym pour ressembler de nouveau à quelque chose de sortable.

En attendant ce glorieux et tout hypothétique jour, que t’aies encore les cuisses qui se touchent ou des seins bonnet W, t’as pas le choix : faut bien t’habiller. On va quand même pas sortir nues, ça ferait peur. Tu vois Jabba le Hutt ? Tu rajoutes des jambes poilues, quelques cernes, et voilà. Tout pareil.

T’as plusieurs modèles de jeunes mères, forcément, et plusieurs techniques.

Celles qui ont pris plus de poids dans les fesses que dans le ventre, et qui se sapent en 38 en haut et 56 en bas.

Celles qui refusent d’acheter des fringues en 40 ou 42 parce que merde, elles font du 38 (avant) (ou dans une autre vie) et qui se boudinent dans leur jean pendant 15 mois ou ne rangent jamais leurs vêtements de grossesse.

Celles qui sont adeptes de la mode empire pour camoufler leurs vaguelettes ventrales, ou du t-shirt complètement difforme mais tellement confortable.

Celles qui cherchent les problèmes aussi, à vouloir allaiter, et qui collectionnent les soutiens-gorge dans toutes les tailles, selon l’heure de la journée, le rythme chaotique des tétées, avec option Un bonnet plus détendu que l’autre.

Mais ça, c’est pas ta vraie taille, juste la taille du moment, tu le sais, tu le sens.

N’aie pas honte. On a toute notre période (plus ou moins longue) de retour à la vie humaine, et la fringue de la honte qui va avec, au fond de l’armoire – que ce soit le jean de nos 16 ans limé à l’entrecuisse ou le t-shirt Bisounours chiné chez Emmaüs.

N’aie pas honte parce qu’on a toutes connu l’angoisse du passage de la cuisse : ça passe, ça passe, ça passe plus. Même le stretch en est tout déstretché. Et le stress du chemisier qui laisse entrevoir des bouts de soutien-gorge, de peau, de gras entre chaque bouton, avec ce sale traitre au niveau des seins qui menace de se barrer à chaque mouvement des bras.

Ma fringue de la honte, c’est mon jean de grossesse. Non, je n’ai pas honte. Je portais bien des fringues de nullipare pendant ces 9 mois, alors pourquoi je devrais me priver maintenant. C’est mes charentaises en dénim ce fute, sauf qu’il ne pue pas la transpi. Il va avec tout en plus, du t-shirt couleur vomi à la robe lait caillé, option camouflage de l’auréole de carotte autour du sein. C’est mon pyjama habillé, 3 tailles trop grand mais que j’arrive pas à foutre au grenier.

Oh, t’auras toujours dans ton vague cercle de connaissances une ou deux  morues qui piailleront à qui (ne) veut (pas) l’entendre qu’elles ont remis slim et stilettos 2 jours après le poulinage, même avec leur épisio toute fraiche. Tu les emmerdes.

On ressemble à rien : ni enceintes, ni plates, ni joliment rondes, ni minces, juste flasques. En quelques mois ton corps s’est transformé en Barbapapa. Alors pour le glamour et le féminin, on repassera. Me font chier ces connards qui veulent qu’on ressemble à des femmes d’affaire avec 4 heures de sommeil dans la gueule et la dernière séance de repassage qui remonte au 7e mois de grossesse (après, on pouvait plus toucher la table, rapport à la protubérance ventrale).

Pour tous ces articles et boutiques qui te font bien culpabiliser de pas te saper comme la dernière connasse en couv’ de Cosmo : MERDE A TOUS.

***Billet rédigé en pyjama***

Publicités

27 réponses à “La garde-robe d’une jeune mère

  1. je m’y retrouve encore ! j’arrive peu à peu (au bout d’un an) à entrer dans mes pantalons d’antan (ça me rassure) avec mes bourrelets vergeturés qui commencent à fondre (quand y’a de la vie y’a de l’espoir) pour le haut, avec mon énormeeeeeeeeeeeeeeeeeu poitrine de femme allaitante, forcément, finis les petits chemisiers indégrafables, et mes petits t-shirts trop moulants (faut bien si résoudre ma foi)
    J’avoue que je remets souvent les mêmes choses mais je suis tellement à l’aise dedans, j’aimerais (re)porter des talons aussi un jour, car avec mon chiard sous le bras ou en écharpe, j’ai quatre étages à grimper sans ascenseur, je vais à pieds à l’école…bref, j’ai opté pour une paire de Easytone, qui raffermit le cuissot.
    Quant à aller faire un tour en magasin, c’est la croix et la bannière, j’ai l’impression que toutes les tailles se sont liguées contre moi pour me dire « mais maigris ma grande et après tu reviendras » pas envie de voir ma cellulite dans la glace et mon petit ventre qui a du mal à dégrossir lui. Et encore, cela fait longtemps que je ne rentre plus dans du 38 et encore moins du 40…donc finalement, je n’ai pas trop à me plaindre. Je rentre désormais dans du 42/44, on est encore loin du sac à patate.

    et puis avec l’allaitement, pas de régime possible, j’ai bien tâné mon mari pour une séance de cure minceur, palper-rouler que dalle…ben il n’aura pas sa tablette tant pis pour lui !!

  2. Alors t’es une kounasse comme je les aime…
    que c’est bon que c’est bon de pas se sentir la seule mère(de) sapée comme un vieux magasine pourri la redoute rapport aux amas graisseux apparu après démoulage de la boulette…
    mais je sens que ca va changer.. je vais me réveiller un matin et mon jean 38 va cesser de me faire des marques aux cuisses.. je le sens..

  3. Excellent, comme d’hab… J’aime surtout le « ta garde-robe, elle ressemble à ta vie sociale: à rien ».
    Bon, ben je voudrais décourager personne, mais le mien a 2 ans passés bientôt l’école, ouf!), et je n’ai toujours pas retrouvé cette maaaagnifique ligne (courbe) qui était la mienne avant…ni celle d’avant-avant, d’ailleurs, mais là j’arrête je vais pleurer! Heureusement qu’un gentil déménagement est intervenu pour m’aider à faire un tri… Bon, j’avoue, j’ai planqué un ou deux T-shirts et jean’s de mes 20 ans dans le fond de l’armoire, juste au cas où… Mais j’ai quand même balancé une bonne partie de ce que je gardais pour « quand j’aurai maigri »…
    Par contre, tout mon attirail de grossesse-allaitement est soigneusement collationné dans 2 ou 3 caisses.
    Ben oui, je pense bien laisser mon côté maso s’exprimer…on pense faire un deuxième!
    Pas grave, je ferai régime après, avant c’est pas trop la peine…

  4. je dois avoir de la fièvre, je l’ai trouvé vachement émouvant ce post. Et puis étrangement, meme si je sais tout ça, meme si je reve quand meme faire ma morue en slim après le démoulage, ça me fait du bien de ire ça, ca m’aide à accepter de ne pus etre celle que j’étais sans culpabiliser… enfin je me comprends 🙂

  5. j’etais pas venue te voir ces jours ci, trop de boulot, c’est une grave erreur…
    j’ai failli pisser dans mon froc..
    30 mois apres l’explosion, je met toujours mes soutifs d’allaitement..(alors que ma fille ne tete plus la garce!) mais je rentre dans mes jeans d’avant….

  6. merci d’avoir occupé 7 minutes ds ma journée si remplie… merci de m’avoir fait rire.

  7. Moi aussi je m’y retrouve complètement, mais en plus mon « après grossesse » c’est une autre grossesse… Autant dire que niveau sapes, c’est le laisser-aller total !
    Vivement la délivrance !

  8. Merci pour cet article Oh combien déculpabilisant. Ca fait juste du bien … Je crois que mon gnome a le meme age que le tien, et meme si je ne mets plus mes jeans de grossesse, je suis allée acheter de la taille 44 pour aller bosser et avoir l’air un minimum présentable. Et bien ca fait mal …

  9. le tetard est pas encore sorti ( J-7 et toujours pas la ….grrr ), que jai deja liquidé la moitié de mes pantalons de grossesse !! nan mais sans dec’, portés, ils sont bien confortable, tu laimes ton pantalon, limite tu te sens a poil quand tu le porte !!! mais quand tu le sors de la machine, que tu l’étend sur le fil a linge …. bah moi il me donne envie de vomir, avec sa grosse poche et ses fesses sans formes !!!
    Alors moi aussi, je dis vivement la délivrance …. et les soldes !!!!

  10. C’est là qu’on voit que la bourqua a du bon !
    Et puis pour faire un parachute, c’est ‘achtement plus mieux, ya plus de toile, à moins d’avoir un slip de 40m²

    Bon… Ok, je sors, et je recommencerais plus.
    Amicalement,
    Y

    • Allez, je te rassure ma naine va avoir 2 ans et j’ai enfin largué ce jeans qui a été mon oasis pendant presque 6/7 ans… Bah ouè, mon grand vient d’avoir 6ans!!! MERDE donc!!! Là, je tiens le bon bout, j’ai eu ma ligature sans pince a épiler, les grossesses c’est fini pas l’allaitement, hein!!! Les nains grandissent et j’ai repris possession de MON uterus et tout ce qui va avec!
      Pensées spéciales à ma collègue, la grognasse qui a remis son slim 3J après son accouchement et a débarqué au bout de son congé mat plus mince qu’avant!!!

  11. à pisser de rire, surtout quand on se reconnaît à 100%, je pousse le vice jusqu’à acheter encore rayon mater histoire de camoufler le pudding qui me sert de bide (2 mois que g accouché)!!!

  12. j’ai bien rigolé.
    mais j’ai pleuré aussi.
    le grand fete son anniversaire ce soir. 3 ans.
    3 ans putain, et je vais etre prise en photo avec ce vieux jeans de grossesse. pire: de 1ere grossesse. Parce que pour la seconde, j’ai pas vraiment renouvelé la garde robe. pas eu le temps.
    et aujourd’hui? Pas le temps de faire les boutiques, pauvre mère au foyer que je suis.
    Pas le temps non plus de m’offrir un coach sportif qui ferait fondre cette graisse m’empechant de remettre mes vetements d’antant. Je cherche aussi: j’allaite. depuis presque 4 ans, mes seins n’ont pas vu la couleur d’un soutif sans clip d’ouverture magique. Les boules quoi. LES BOULES!!!!

  13. Houyouyouyouyou, que ça fait du bien de rire à ce point là. Et de se retrouver autant dans ce que tu écris. Merci d’exprimer si bien les joies des jeunes mamans…

    PS : depuis que j’ai découvert ton blog, ben je bosse plus. C’est malin.

  14. Bwahaha! J’ai porté mon jean de grossesse 2 mois après l’accouchement. C’est le papa qui en a eu marre et m’a dit: ‘tain, on dirait que tu portes un sac!

  15. Moi, au bout de 4 mois, je remets presque toutes mes sapes d’avant grossesse et mon ventre est presque aussi plat. Hin, hin, hin.

    Bon, par contre, je fais du 36/38 en haut et du 34/36/38/40/42 en bas (à répartir de la taille aux pieds) ET mes cuisses se touchent, mais ça n’a rien à voir avec la grossesse, je suis juste mal branlée.

  16. Moi c’est plutôt 38 du haut et 56 du bas…genre bouteille d’Orangina, culbuto, je tombe-je roule…mais j’assume bien…merci McMaman!

  17. Quelle jouissance ce récit garderobesque! Mon « doudou » à moi c’était un pantalon noir sans forme (ni matière d’ailleurs)avec un cordon pour « cintrer » la taille que j’ai porté 3 mois après la procédure d’expulsion.
    Il m’aura fallu 4 ans pour revoir une taille presque 38, 4 longues années à m’habiller en 42/44… La nature est mal faite quand même à peine 9 mois pour prendre 30 kg et 48 pour les presque reperdre …

  18. J’ai été plutôt vernie…9 mois pour me déformer, 9 mois pour revenir à ma taille d’avant grossesse (avec du nichon en mois par contre). Enceinte en hiver, j’ai porté ces leggings à bouloches, ces robes pulls informes, ces jeans kangourous (si, avec la sorte de « poche » sur le devant) Pas de manteaux mais des capes, des ponchos que j’avais déjà avant (sale hippie que je suis) Comme une conne idéaliste, je pensais rentrer de nouveau dans mes fringues après l’arrivée du hobbit, j’ai du aller piller les armoires de ma mère (tiens, faudrait que je lui rende un des ces 4 tout ce que je lui ai taxé)

  19. Je me suis (trop) bien reconnue dans ton article… J’ai hâte de retrouver une taille plus acceptable pour moi et de pouvoir faire les boutiques à nouveau ! J’en ai marre d’entendre des « cracs » et des « scritch » à chaque fois que je j’enfile un jean, avec la peur au ventre qu’il ne craque en cours de journée (c’est du vécu)…

  20. Mauvaise foi pour la séance de shopping cauchemardesque : maintenant y’a Internet ! xD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s