L’enfer de la poussette bon marché

Quand tu deviens parent, t’as tout un monde qui s’ouvre à toi. Un monde de sadisme et de découverts bancaires. Le sadisme, c’est côté fabricant de matériel de puériculture, et les découverts, c’est pour toi.

Alors bien sûr, tu te penses plus maligne que les 800 000 autres parents de l’année et tu crois berner tout le monde en trouvant THE poussette pas chère et sympa alors que tous les autres mettent leur mère en vente sur Ebay pour s’en acheter une potable.

Avec ta grosse boite dans le grenier en attendant la pondaison, tu te sens forte et tu te fous bien de leur gueule. Bande de noobs, tiens.

Et le jour arrive enfin où il faut descendre le carton du grenier pour préparer l’arrivée du petiot. De toute façon si tu attends plus longtemps tu pourras plus y monter, dans le grenier. Ou tu y accoucheras.

Et là, tu te décomposes à peine le cutter planté dans le carton. Les mots là, sur le dessus, tu les piges pas. C’est écrit en n’importe quoi. Ta pression artérielle augmente. Tu transpires de plus en plus à mesure que tu sors 3, puis 4, puis 11 morceaux différents. Tu gueules comme une vache et ton chéri arrive en trombe. Tu comprends en quelques fractions de secondes qu’il ne sera d’aucune utilité. Faut dire qu’on a de la chance, nous autres donzelles : on est tombées sur la première génération d’hommes infoutus de bricoler avec autre chose que de la Patafix.

Tu t’en veux à mort, parce que ta pauvreté radinerie t’a plongée dans un enfer que tu n’imaginais pas. Et tous les gars sadiques des grosses enseignes qui vendent leur combi nacelle/poussette sans scrupule à 800 euros, ils rient de toi. Mouahahahahahahah (rire machiavélique). Oui, oui, je les vois très bien.

La seule chose qui me réjouis, mais c’est mon côté connasse, c’est de voir que certains parents claquent quand même une somme inavouable dans une poussette qui se révèle être aussi ergonomique que la mienne.

Déjà, le mode d’emploi est en italien ou en allemand, et le seul truc que tu comprends c’est l’énorme étiquette WARNING cousue à côté de la tête du petit. Tu sais pas contre quoi il faut être « warned » (« avertie » pour les non cools), mais t’es WARNED. Très vite, tu comprends qu’il faut être 2 et avoir au moins un bac+5 (chacun) pour comprendre le fonctionnement de l’engin. Un peu comme la première fois que tu essaies de mettre le siège auto dans la voiture (ici, il a fallu 1 Papa et demi. Marc, si tu nous lis, merci.)

Une fois que tu as gueulé 17 fois que c’est TROP DE LA MERDE PUTAIN, menacé le bébé d’apprendre à marcher vite fait et insulté ta moitié de manière assez fleurie, la machine infernale est montée. On ne touche plus à rien. T’es fière, jusqu’au moment où tu te rends compte que si tu mets la poussette dans la voiture, bah toi tu rentres pas. Et non, aucun rapport avec les kilos persistants.

Lorsque tu te retrouves, l’oeil hagard, le compte épargne vide, à acheter un break exprès pour y foutre la poussette, tu commences à te demander si tu t’es pas fait avoir. Légèrement.

Tout à coup tu comprends pour la CAF te file près de 900 euros quand tu te reproduis : c’est le prix moyen d’une poussette qui se plie en moins de 34 minutes, qui pèse moins de 4 tonnes et qui a l’intelligence de passer les portes.

Mais c’est surtout au jour le jour que tu te rends compte de ta grosse connerie ton erreur. Surtout que c’est pas nouveau, c’est quand même de notoriété publique que les femmes, en général, n’ont pas le compas dans l’oeil. Or il en faut un super précis pour estimer en un quart de seconde si tu passes dans l’allée  du supermarché ou si tu vas faire tomber tous les produits du rayon.

Et quand t’as essayé de monter dans un bus (et surtout d’en descendre) avec ta pelleteuse à bébé et que tout ce que tu as gagné c’est 4 bleus, 3 insultes du chauffeur (rassure-toi, il a saigné aussi) et une incroyable effluve de transpi nauséabonde qui te suit toute la journée, ben t’as compris. Et encore je m’estime heureuse de pas habiter Paris, ville amie des mamans et des bébés (ironie).

Tu ressors le porte-bébé et t’attends les soldes, sagement, pour acheter une poussette canne…. bon marché.

Publicités

6 réponses à “L’enfer de la poussette bon marché

  1. mouhahaha, nous on a trouvé une poussette à 50 euros d’ocazz, un truc énorme, combi 3 modules… mais je roule en C2… je pense qu’on va rire 🙂

  2. Pour nous c’est décidé: soit le bébé apprends à marcher dès la sortie ( après tout, les girafes le font bien!), soit il est privé de sortie jusqu’à ses un an. Parce que bon, la poussette qui coûte le prix d’une voiture, et sans moteur en plus, faut pas pousser 🙂

  3. Ha oui, la poussette…
    Il m’en a fallu trois pour arriver à LA bonne!
    La première achetée chez Carrouf pour Mouflette et réduite à néannt après plusieurs voyages en TGV…
    La seconde utilisée longtemps, mais un peu trop encombrante.

    La troisième, la bonne, pour MissCouette, un truc hyper pliable, qui pèse rien, avec cosy qui prend pas de place et tout et tout.
    Le tout pour 300€ car modèle d’expo…

    On y arrive à force! :-p

  4. Pingback: Le jeu de la CAF Kamoulox « Maxi best of McMaman·

  5. Mes beau-parents nous offrant la poussette, j’me suis dit on va se faire plaisir poussette ultra confort avec nacelle et cosy (siège-auto) de marque italienne Peg….Mmpfff oui elle est belle, oui elle se plie facilement, oui elle semble confortable, oui elle est maléable mais pinaise! Au quotidien elle m’épuise et me fait suer…Elle pèse une tonne, ne passe pas les portes (standard) en sachant que je vis au 3ème sans ascenseur, sortir me fatigue avant même d’avoir mis le pied dehors! Je l’appelle le Tank ma « poussette » et rêve de poussette canne poids plume! Comme je te comprends!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s